Un été Enki Bilal, c’est aussi à la Galerie Barbier à Paris et au MUCEM à Marseille

La Galerie Barbier accueille aussi Enki Bilal pour une exposition Reconstruktive du 9 juillet au 28 août 2021, en écho à l’exposition Déconstrukt qui se tient en parallèle à Artcurial, au Rond-Point des Champs-Élysées, non loin du 10 de la rue Choron. Vernissage le 8 juillet en présence de Bilal. Sans oublier l’atypique exposition au MUCEM à Marseille.

Reconstrukt ?

Dans l’espace principal de la galerie Barbier, est présenté le premier ensemble (sur trois) de sept portraits du concept Inclusive Hybrids. Ces trois ensembles, 21 peintures donc au total, proposeront une reconstruktion de l’humain par l’hybridation sociale, « mécanonumérotechnologique » et « transhumanimale » voire plus si autres affinités augmentées et (ou) régressives. Seule la première série est achevée, et donc présentée à la galerie. Les deux suivantes donneront lieu à des expositions ultérieures.

Six artistes pour traduire l'horreur
Six artistes pour traduire l’horreur. Mine de plomb, crayons de couleur et acrylique sur calque. 42 x 29,7 cm

Dans un second espace de Barbier, composé de trois salles, Enki Bilal évoque à travers une sélection d’images extraites de certains de ses albums déconstruktés la fragilité de nos vies, toujours menacée par la violence et la bêtise. Des scènes d’amour et de fraternité laissent place à un monde qui s’assombrit lentement, avant de s’enfoncer dans la guerre. C’est dans la troisième et ultime salle, qu’une connexion se fait avec un autre lieu d’exposition, à plus de 677 kilomètres de distance (toujours à vol d’oiseau) : le MUCEM de Marseille. Là-bas, tout au sud, est présentée par Zérane S. Girardeau, une exposition (qui fait concurrence à Jeff Koons) consacrée à des dessins d’enfants réalisés au cours des guerres depuis plus d’un siècle. Déflagrations est le nom de cette exposition. Des éclats collatéraux de cette explosion sont forcément venus de Marseille pour se poser dans cette dernière salle… dont, notamment une interprétation-montage hybridifiée par Enki Bilal du Guernica de Pablo Picasso avec intégration de quatre dessins d’enfants anonymes.

Galerie Barbier, 10 rue Choron, 75009 Paris
Du mardi au samedi de 14h à 19h30

Reconstrukt ?
Reconstrukt 1. Reproduit dans le catalogue d’exposition. Acrylique et pastel gras – technique mixte sur papier. 60 x 80 cm. Signé