Mémoires de la guerre civile, la révolte gronde dans les Territoires

Un nouvel opus signé par Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio. Mémoire de la guerre civile après Le Complexe du chimpanzé et Protocole pélican a pour cadre un futur éloigné où la Terre est divisée entre zones de non-droits et des enclaves hyper protégées, toutes sous la surveillance de commandos spécialisés. C’est l’un d’eux commandé par Vivian que l’on va suivre dans des missions où on ne dit pas tout aux combattants qui vont bientôt découvrir une autre réalité. L’histoire est relativement classique sur le fond certes politique et annonciateur d’un avenir possible. Banlieues en vue. Le dessin très typé de Ponzio a toujours un petit air accentué de roman-photo mâtinée de jeux vidéo. Le tout formant un ensemble parfois assez figé au moins pour les attitudes des personnages.

Mémoires de la guerre civileDans les Enclaves on vit protégé et avec des possibilités de confort hiérarchisées selon sa fortune. A l’extérieur dans les Territoires la population à faibles ressources survit et est la cible des Sections d’intervention, groupes de combat aidés de drones chargés de la sécurité contre d’éventuelles rebellions qui attaquent les Enclaves. Le capitaine Vivian et son équipe sont en mission quand un des prisonniers qu’ils viennent de faire annonce que jamais ils ne trouveront le Tiqqun avant d’être abattu sans raison par un drone. Vivian, Nadia et les autres membres du commando ont droit à une permission pendant laquelle le capitaine prend contact avec la patronne d’une boite de nuit El Loro Azul ce qu’elle ne comprend pas de suite. A la sortie Vivian est blessé par des S. I. Pendant une nouvelle mission Vivian découvre un corps qui porte la marque du club El Loro Azul comme en fait le premier abattu par le drone. L’équipe doit passer des tests psychologiques sous le contrôle de Rachel.

On comprend vire que le héros est investi d’une mission divine et qu’il va aller au bout. Tout dans ce premier album se met en place et on sent la montée en puissance de Vivian avec son équipe qui se doute que ce qu’on leur fait faire n’est pas très clean. Que cache El Loro Azul ? Vivian est-il l’élu qui va générer cette fameuse Guerre Civile ? On se fait au graphisme en fait. On aime ou pas le style qui fonctionne cependant à condition de bien rentrer dans le récit. Il y aura plusieurs tomes bien sûr. A suivre donc.

Mémoires de la guerre civile, T1, Dargaud, 13,99 €

Mémoires de la guerre civile