À Bâbord, les Passiflore et l’arche de Noé

Un autre titre Jeunesse qui mérite très largement le détour. Les Passiflore sont bien connus par les lecteurs en herbe. Ils sont de retour. Cette fois, ils vont à bâbord toute pour la construction d’un superbe bateau en vase clos. Ils ont presque trente ans les joyeux lapins sous le trait pour l’illustration de Loïc Jouannigot et pour les belles histoires de Geneviève Huriet avec Béatrice Marthouret. Depuis 1987, la famille Passiflore enchante un très large public, petits et grands enfants. Trois contes dans cet album enchanteur, un inédit et deux reprises. C’est Régis Loisel, au cœur lui aussi de l’actualité avec Un Putain de salopard, qui a écrit la préface sur Jouannigot, cet « aquarelliste hors pair, magicien du détail et de l’harmonie des couleurs ».

À Bâbord, les Passiflore Mistouflet a un beau cerf-volant que lui envie son frère Dentdelion. Il veut l’essayer mais catastrophe, il lâche le fil et le cerf-volant s’envole. Pas doué Dentdelion. En triporteur, Pirouette et Mistouflet sont partis à la recherche du cerf-volent évadé. Une énorme palissade coupe leur route et il le voit accroché à un mât. Deux oies vont les renseigner et leur montre un passage. Elles ne sont pas désintéressées et aimeraient bien savoir ce qui se cache derrière la palissade. Pirouette et Mistouflet découvrent un magasin de jouet oublié et dans la cour un énorme bateau en construction, sur ses cales. Un chantier naval à la campagne bien loin de la mer, qui a pu avoir une idée pareille ? Ils vont avoir la réponse quand un énorme blaireau les attrape par le col.

Mais bien sûr on est avec les Passiflore, dans un jardin extraordinaire enchanté où il va se passer plein de joyeuses aventures. Un bateau qui a peut-être une chance de naviguer, allez savoir, avec l’aide de tous les amis des Passiflore, véritable arche de Noé en puissance. Deux autres aventures complètent l’album, Le Premier bal d’Agaric Passiflore qui n’aime pas la danse mais va trouver une solution et La famille Passiflore déménage, non sans mal. Un plaisir de les retrouver ces Passiflore édités par Daniel Maghen. 80 pages pour un voyage dans un monde de poésie, de gentillesse et des superbes dessins qui émerveillent de Jouannigot qui sera du 23 au 26 mai aux Imaginales à Épinal.

À Bâbord, les Passiflore, Daniel Maghen, 19 €

À Bâbord, les Passiflore

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*