Festival de Sérignan, où est donc passée la palette ?

Le Festival BD de Sérignan dans l’Hérault se termine ce dimanche 5 juin 2022. On dira qu’il a été comme d’habitude un lieu d’amitié, de convivialité, et de BD bien sûr, qu’il a retrouvé sa fréquentation d’avant-covid sous le soleil et les platanes de la grand place du village. Sauf que voilà, il y a eu un hic, un gros. Sur trois palettes d’albums prévues par le libraire à savoir Sauramps Montpellier, deux seulement sont arrivées. Et où est donc passée la troisième palette sur laquelle il y avait tous les exemplaires de Non-Retour, une cinquantaine, mais aussi des Thorgal de Fred Vignaux et des titres récents de Hugues Labiano dont Le Lion de Judah ?

Fred Vignaux et Alexandre Sentenac
Un duo de Vikings en armes devant le drakkar, Fred Vignaux et non pas Brice Cossu mais Alexandre Sentenac. Désolé c’est la barbe. JLT ®

Résultat chômage technique pour l’auteur de ces lignes, scénariste de Non-Retour, pour en partie Olivier Mangin le dessinateur venu de Lille qui a pu heureusement se rabattre sur des exemplaires de La Guerre des Amants. Pour Hugues Labiano et Fred Vignaux il a fallu aller dénicher des exemplaires à Narbonne ou Béziers de Thorgal ou du Lion de Judah. Impossible pour Non-Retour qui a déjà un an depuis sa sortie. On a assisté à un renvoi de responsabilité vers le transporteur diffuseur aux abonnées absents. La librairie déclinait et l’organisateur ne pouvait que subir le peu de prévoyance non anticipée par une vérification en amont du bon acheminement de la commande. Frustré, déçu, agacé mais il y a pire dans la vie. On a pu également remarquer la disproportion des quantités commandées selon les auteurs. Amateurisme, oui, avec pour conséquences un week-end perdu mais heureusement compensé par la gentillesse de Jean-François Marty, l’équipe du festival et la municipalité dont le très sympathique maire Frédéric Lacas.

Morgane Lafille
La remise du Prix de la Ville à Morgane Lafille par Lionel Laussedat qui a créé la sculpture en présence du maire Frédéric Lacas, Jean-François Marty et Fred Vignaux. JLT ®

On ferme le ban en rappelant que c’est Amélia Woods (Vents d’Ouest) par Morgane Lafille, qui a eu le Prix de la ville. A peine terminées ses études de dessin à Bordeaux, elle intègre l’atelier Gottferdom à Aix en Provence en tant que stagiaire. Son joli trait y est immédiatement remarqué par l’équipe, qui décide de publier ses premières planches originales, tendres et nostalgiques dans le Lanfeust Mag. Aix en Provence est le lieu où elle rencontre sa scénariste ainsi que le fameux chat et la logeuse qui lui donnent l’idée de cette histoire. Amélia Woods est son premier album de bande dessinée.

Elric
Iznogoud en fresque par Elric. JLT ®

Quelques souvenirs photos aussi pour cette édition sans la troisième palette mais riche en animations. A noter le succès de Pauline Roland pour ses albums Jeunesse pleins d’humour qui a vu des dizaines de parents et enfants lui demander une dédicace.

4/5 - (3 votes)

Un commentaire

  1. Le festival était très réussi néanmoins et très convivial.
    Merci aux dessinateurs pour leur gentillesse et leur disponibilité.
    Petite erreur sur la 1ère photo: le duo de vikings en armes, c’est Fred Vignaux et Alexis Sentenac, et non Brice Cossu 😉

Donnez votre avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*