Interview de Gauthier Van Meerbeeck : après Rosinski, le prochain Thorgal signé par Yann et Vignaux sera L’Ermite de Skellingar

Grzegorz Rosinski arrête de dessiner Thorgal. Le tome 36 qui sort le 23 novembre sera le dernier sous son pinceau. La fin d’une époque mais pas de la série, bien au contraire. Après Dorison et Sente, c’est Yann qui reprend le scénario et Fred Vignaux le dessin (il sera le 30 novembre à Montpellier en dédicace chez Azimuts). Pour Gauthier Van Meerbeeck, directeur éditorial du Lombard, éditeur de Thorgal, le coup est rude en particulier sentimentalement. Mais on s’y était préparé et l’aventure continue. Gauthier Van Meerbeeck revient en détails sur la saga, son avenir, ses espoirs et le traumatisme lié au départ de Rosinski. Propos recueillis par Jean-Laurent TRUC.

Gauthier Van Meerbeeck
Gauthier Van Meerbeeck. JLT ®

Gauthier Van Meerbeeck, comment vit-on au Lombard cette révolution, ou évolution, de l’arrêt de Thorgal par Rosinski ?

On aurait préféré que cela dure toujours. C’est une rupture effectivement compliquée à vivre. Thorgal sans Rosinski, ce n’est pas évident. On a eu la chance que ce soit une perspective que Rosinski avait en tête depuis longtemps. On a pu se projeter. Il avait d’autres envies dont la peinture. Thorgal, comme tous les grands héros de BD, n’avait pas pour vocation de disparaître. Il était évident qu’on chercherait un repreneur. L’enjeu était de le trouver.

Comment avez-vous procédé ? Il y avait Roman Surzhenko, Fred Vignaux, la volonté de recentrer Thorgal sur la série mère.

Par étapes. L’idée initiale a été de proposer à Fred Vignaux de reprendre le dessin de Kriss de Valnor, série qui avait connu le plus de remous en termes de dessinateurs, De Vita, Roman Surzhenko et enfin Fred pour qui cela a été un galop d’essai. Mais un grand succès de vente. Il a montré que l’univers lui convenait.

Grzegorz Rosiński
Grzegorz Rosiński. JLT ®

Rosinski y est allé à reculons pour ce choix ?

Non. Il voulait un très bon dessinateur qui sache faire du Thorgal avec une narration assez classique, sans que ce soit une redite de son style à lui. Il fallait que le nouveau dessinateur ait une vraie personnalité, un auteur qu’il puisse admirer.

Pas un simple copié-collé ?

Non. Il fallait qu’on s’approche, qu’on soit dans l’esprit de son Thorgal, une équation pas simple mais c’est ce qu’il a retrouvé dans le dessin de Vignaux. Il a eu un coup de cœur après le premier Kriss signé par Vignaux et l’évidence s’est installée.

Même par rapport à Roman Surzhenko ?

Roman a fait un très beau travail et va encore signer deux tomes de la Jeunesse de Thorgal. Il y avait peut-être une proximité trop évidente avec le style de Rosinski. On le lui avait demandé d’ailleurs et il l’a fait. Mais Grzegorz voulait un décalage pour Thorgal.

Pour le Lombard, Thorgal c’est le poids-lourd, 36 albums. Un pilier et la série unique de Rosinksi. Même programmé, ce n’est pas un petit tremblement de terre ?

C’est la fin d’une époque et un évènement majeur pour nous. On a pu le préparer mais c’est aussi une forme de traumatisme.

Fred Vignaux
Fred Vignaux. JLT ®

On revient à Thorgal série unique, du pur et dur à part La Jeunesse ?

Oui et à tout point de vue, avec Yann sur les deux séries. On est dans la droite ligne de ce qui avait été prévu au départ avec les Mondes de Thorgal. Tout se regroupe et se termine. Thorgal continue. On respecte la promesse faite aux lecteurs même si on aurait pu être tenté, vu le succès, de prolonger l’expérience des Mondes.

Comment ont marché les séries parallèles ?

Très bien. Avec 70 000 exemplaires à la nouveauté. Donc perdre près de 150 000 albums d’un coup en arrêtant ce n’est pas anodin. On s’est dit que Thorgal méritait de rester dans la durée, et respecter nos engagements. Thorgal pur et dur, oui. A terme il n’y aura plus qu’un rendez-vous par an. Pour la Jeunesse, un personnage ne peut pas avoir une jeunesse qui s’étend sur des années comme Blueberry par exemple. Yann va revenir sur des histoires pour Thorgal qui tiennent en un album. Ce qui n’est pas simple et un challenge intéressant en 46 pages. Il l’a fait avec brio pour le prochain qui devrait s’appeler L’Ermite de Skellingar.

ThorgalOn met un peu de côté désormais le fantastique dans Thorgal à la demande de Rosinski qui va garder un droit de regard sur la suite ?

Bien sûr. Il lira le scénario et il va faire à priori la couverture. Fred Vignaux pour Thorgal change de technique et ne fera qu’un album par an de façon classique. C’est un défi pour lui.

Vous avez des ambitions précises pour Thorgal qui reste votre fer de lance ?

C’est le best-seller du Lombard avec près de 15 millions d’albums vendus et 1,6 million pour les Mondes. Le tome 36 est tiré à 150 000 exemplaires. Un enjeu majeur. On peut s’attendre que des lecteurs soient déçus par le départ de Rosinski. Il faut l’accepter mais je pense qu’ils découvriront le travail de Vignaux. Nous, en tant qu’éditeur, on va retrouver de la régularité car on était plutôt à un Thorgal tous les deux ou trois ans.

Pourquoi les scénaristes ont autant bougé sur la série ? Qu’est ce qui ne collait pas ? On est passé de Sente à Dorison, Yann ?

ThorgalDans un projet avec autant d’attentes et d’enjeux, il peut y avoir des désaccords. Il y a eu divergences de vision entre Yves Sente et l’éditeur sur l’avenir de Thorgal. Cela tenait au côté très fantastique des dieux très engagés dans l’action alors qu’avant c’était une menace plus mystérieuse. On perdait un peu de cette menace sous-jacente et, en discutant, on n’a pas trouvé un terrain d’entente sur la vision que l’on avait de Thorgal Yves Sente et moi. Donc, c’est à mon initiative que le changement a eu lieu. C’est aussi à ma demande que Dorison s’est engagé dans le projet. Xavier a eu rôle pas simple car il a récupéré la série à un moment complexe au niveau de l’intrigue. Le cahier des charges était lourd pour tout faire avancer dans la série. Pour la suite il était plus libre avec des visions scénaristiques audacieuses, un peu radicales qui n’ont pas convaincu Rosinski. D’où cette deuxième rupture cette fois avec le dessinateur qui trouvait que c’était une bonne histoire mais dans laquelle il ne trouvait pas le plaisir de la dessiner. Et c’est Yann qui a réussi à concrétiser les envies de Rosinski qui aimait beaucoup son travail sur La Jeunesse et sur Louve. Mais Yann a eu beaucoup de contraintes.

Un vaste chantier et une double interrogation le départ de Rosinski et Yann nouveau scénariste qui a fait certes déjà un album ?

Il faut qu’il y ait une part de magie et de doute. Au fil des discussions entre tous, je suis confiant et on a une vision commune.

Une nouvelle aventure commence ? Avec ses inconnues ?

Totalement. Le résultat c’est dans un an avec L’Ermite de Skellingar. On a le recul de cette vision commune. Fred Vignaux avait déjà fait apparaitre Thorgal dans le dernier Kriss.

Il y a de l’émotion avec le départ de Rosinski ?

Oui, d’ancien lecteur, d’éditeur, en espérant que l’alchimie qui s’est mise en place touchera, on le souhaite, les lecteurs de Thorgal.

Thorgal en quelques chiffres

  • 1977 : première parution dans le journal de Tintin
  • 1980 : premier album « La Magicienne trahie »
  • Près de 15 millions d’albums vendus
  • Traduit en 18 langues
  • 35 albums (bientôt 36)
  • Plus de 400 000 albums de Thorgal vendus chaque année
  • Tirage du tome 36 : 150 000 exemplaires
  • Ventes nettes du tome 35 (novembre 2017) : 120 000 ex.

Les Mondes de Thorgal : trois séries parallèles

  • Kriss de Valnor (8 tomes parus) : 650 000 exemplaires vendus depuis sa création en 2010
    • Tirage du tome 8 dernier albums de la série : 65 000 ex.
    • Ventes nettes du tome 7 (novembre 2017) : 55 000 ex.
  • Louve (7 tomes parus) : plus de 550 000 exemplaires vendus depuis sa création en 2011
    • Tirage du tome 7 dernier album de la série : 68 000 ex.
    • Ventes nettes du tome 7 (avril 2017) : 48 000 ex.
  • La jeunesse de Thorgal (6 tomes parus) : près de 400 000 exemplaires vendus depuis sa création en 2013
    • Tirage du tome 6 dernier album paru : 60 000 ex.
    • Ventes net du tome 5 (mai 2018) : 44 000 ex.
  • Plus de 1,6 millions d’albums vendus des Mondes de Thorgal

Les éditions dérivées

  • 2 romans Thorgal parus chez Milan
  • L’intégrale Thorgal en édition collector chez Hachette-Collection
  • La famille Thorgal en statue Attakus
  • 1 jeu vidéo Thorgal La Malédiction d’Odin
  • Un site dédié : www.thorgal.com
  • Développement d’une série télévisée en prise de vue réelle de Thorgal par le réalisateur Florian Henckel von Donnersmark