Les Guerriers de Dieu T4, jeux mortels

On continue l’histoire romancée, mais peu, des guerres de religion qui ont dévasté la France une série en six albums signée par Pierre Wachs au dessin et par Richelle au scénario. Les Guerriers de Dieu en sont à leur quatrième épisode. On a toujours le fil rouge que représente Arnaud de Boissac pris au piège entre ses penchants pour les deux religions. Il ne comprend pas qu’on puisse se massacrer au nom de Dieu. Autour de lui les vrais et puissants personnages de ce XVIe siècle sanglant, Catherine de Médicis, Charles IX, le duc de Guise qui a eu un triste sort, ou encore Coligny. On joue à des jeux mortels, pire que dans l’Italie des Borgia. La France est gouverné par des assassins impitoyables et au dessus des lois. Un panier de crabe de haut vol.

Les Guerriers de DieuFrançois de Guise est mort. Qui a été le commanditaire du meurtre ? Montmorency en novembre 1567 est abattu. Catherine de Médicis intrigue pour que le roi nomme son frère le duc d’Anjou chef des armées. Accepté et la paix s’installe par manque d’argent entre Catholiques et Protestants. De Boissac vit tranquille en famille quand débarque Denis son ami protestant et imprimeur au retour des Amériques où des colonies françaises ont échoué à s’implanter. Il est proche de Coligny. Condé commence mal la troisième guerre de religion en 1569 à la bataille de Jarnac. Il est fait prisonnier et abattu. Ce qui ne déplait pas au duc d’Anjou. Reste l’amiral de Coligny seul à la tête des Protestants. La reine de Navarre et celle d’Angleterre les appuient. Catherine de Médicis offre une somme énorme pour tuer Coligny ce qui ne tombe pas dans les oreilles d’un sourd. Le cardinal de Lorraine demande à Arnaud de reprendre du service en jouant le rôle d’espion chez Coligny. Arnaud accepte et retrouve son ami Bouchon.

Quel scénariste même le plus doué aurait pu inventer une histoire pareille, celle en fait d’une France au bord de la guerre civile qui finira par la victoire sans appel des Catholiques ? Des traîtres, des comploteurs, des tueurs à gage, des nobles prêts à tout, une famille royale délirante, pas besoin de chercher longtemps plus loin. On les retrouve tous dans ces Guerriers de Dieu au point que l’intrigue, elle, réellement romanesque du destin de De Boissac passe au second plan. On note que, dans le sud de la France, Richelle rappelle que Coligny va détruire tous les villages autour de Narbonne et Montpellier. Et ce n’est pas fini.

Les Guerriers de Dieu, Tome 4, Le Tueur du Roi, Glénat, 14,50 €

Le Tueur du Roi

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*