Nëcromants, des fantômes envahissants

Des mages qui peuvent récupérer les fantômes des défunts dont les pouvoirs sont inhabituels, les Nëcromants font leurs débuts avec fantasy et humour. Enfin une série qui sait à la fois ne pas trop se prendre au sérieux tout en maniant avec talent les fondamentaux du genre. Un frère et sa sœur qui va être envoûtée piégée par un méchant mage, Olivier Gay (Démonistes) et Tina Valentino ont concocté un récit innovant et sympathique sur un dessin à la fois comics et réaliste aux influences franco-belge.

Nëcromants

Morla et son frère Acher s’aventurent dans des ruines qui doivent abriter un mage très puissant accompagnés de leurs copains fantômes, comme tout bons Nëcromants. Morla comprend trop tard qu’ils ont été piégés. Mais elle tombe bien sur le cadavre de l’Archimage, Boph-Êt dont elle réveille le fantôme qui prend possession de son enveloppe charnelle. Archer, pas vraiment doué, se retrouve seul et Morla, possédée, commence à mettre la main sur l’académie de magie et Maître Matator. Elle annonce que son frère est un traître mais c’est en fait Boph-Êt qui parle. Acher retrouve celui qui leur a vendu la carte qui a mené au piège. Il veut savoir qui est ce Boph-Êt, un méchant à yeux rouges vaincu par la magicienne Monserrat.

Nëcromants

Le dessin colle à l’humour des dialogues et c’est ce qui fait toute la différence. L’ensemble fait mouche même pour les lecteurs pas vraiment fans du sujet. De jolies mais dangereuses héroïnes, les textes de fantômes sur fond bleu, un Acher un brin désinvolte, des coups de sabre ravageurs, on en redemande. A suivre dans le tome 2 qui termine ce diptyque.

Nëcromants, Tome 1, Le réveil de l’Archimage, Drakoo, 14,50 €

Nëcromants

3.7/5 - (9 votes)