Les Terres d’Arran, retour en trois tomes sur la Fantasy à la française

C’est un genre dont le succès ne faiblit pas. Fantasy dit du fantastique, des légendes, des combats homériques avec des monstres divers, des méchants costauds et des gentils malins, des personnages sortis des forêts secrètes de mondes inconnus. C’est vrai qu’en France on avait pris un certain retard mais comme souvent dans bien des domaines, on a su rattraper le temps perdu en particulier en BD. Les Terres d’Arran chez Soleil ont fait partie de ces précurseurs et sont devenues un ensemble de séries classiques inter-actives aux fans accros. La Fantasy, c’est avant tout un univers qui bouge, qui vit, évolue et surtout surprend. La routine en est exclue. Retour en arrière mais c’est d’actualité dont nous allons parler dans cet univers mythique que l’on doit grandement à trois pères fondateurs, Arleston, Corbeyran et Olivier Peru.

Les Elfes ont déjà sept ans de vie. Le tome 28, Au Royaume des aveugles, vient de sortir. C’est la série pierre angulaire des Terres. On suit Alyana qui a vaincu les géants sur le dessin de Bileau, le story-board de Duarte et les couleurs de Jacquemoire. Une vague a frappé les cités et l’autorité d’Alyana est remise en cause, elle s’affaiblit. Elle n’est pas un elfe ordinaire et elle est en danger mais La Poisse veille. Mouvementé à souhait et de belles ambiances pour une série qu’il vaut mieux ne pas prendre en marche cependant.

Elfes, Tome 28, Au Royaume des aveugles, Soleil, 14,95 €

Les Terres d'Arran

Avec Nains, on est dans la seconde des séries les plus riches des Terres. Le tome 19, Tadgar des errants est disponible. Tadgar avec Lygdr, Damn, Wal et Akab n’ont pas d’états d’âme. Libres il sont et ils veulent le rester. Ils ne rechignent pas à tromper leur monde. Mais il y a des fois des médailles qui ont leur revers. Avec un mage qui n’aime pas qu’on le prenne pour un abruti. Un récit beaucoup plus serré sur un découpage ramassé avec au dessin Jean-Paul Bordier, au scénario Nicolas Jarry, et Pierre-Denis Goux designer, Vincent Powell aux couleurs.

Nains, Tome 19, Tadgar des errants, Soleil, 15,50 €

Les Mages aussi

Enfin on citera Orcs et Gobelins, le tome 10, Dunnrak. Ce sont les culs verts, des guerriers et pas des aimables dans le genre. Ils ont la haine dans le sang. Des chasseurs d’Orc sont aux trousses de Dunnrak qui se fait piéger. Il est prisonnier d’humains dirigé par un certain Flamell, un croque-mort. Dunnrak va lui raconter sa vie et entendre parler de son pendentif magique, dire comment il l’a trouvé, ce qui était gravé dessus. Du punch pour cet album qui peut se lire seul. Istin est au scénario et Alex Sierra au dessin, Nanjan aux couleurs. Bon un petit côté géant vert mais le plus efficace des trois. Sans oublier le tome 4 des Mages, Arundill paru en août.

Orcs et Gobelins, Tome 10, Dunnrak, Soleil, 15,50 €

De quoi se faire une belle sélection pour Noël.