Le Client et La Peau de l’ours, Zidrou tous azimuts

Le Client Une histoire comme on les aime, noire, violente et pourtant tendre, passionnée. Un brave type tombe amoureux d’une jeune prostituée. Pour la sortir de ce milieu sans pitié il va affronter un truand et le prendre à son propre jeu. Le Client est un one-shot nerveux, bien construit de Zidrou au scénario (lire la critique sur le touchant Boule à Zéro qu’il a aussi signé) et de Man au dessin.

Augustin est prof. Quand il va annoncer à Selzic, le boss de la prostitution de la région, qu’il a enlevé sa fille et qu’il ne la lui rendra que contre Maria, jeune prostituée équatorienne, l’autre voit des renards partout. Osé le défier ! Il est mort Augustin sauf qu’il a bien monté son coup. L’amour est plus fort que sa peur ou les menaces de Selzic. Ils vont partir tous les deux, Augustin et Selzic, en voiture récupérer Maria. Une balade qui mine de rien va les rapprocher. Enfin, un peu. Car Selzic n’est pas un vrai gentil si ce n’est qu’il conserve un vieux reste de bonté au fond du cœur. Comment va finir ce duel ? A vous de le découvrir.

C’est le mélange de polar, de roman noir et de road-movie savamment dosé qui fait la force de ce Client. Zidrou nous avait déjà donné Ducobu bien sûr mais récemment La Peau de l’Ours (dans la ligne du Client, lire le texte ci dessous) et Folies Bergères.

Le Client, Dargaud, 14,99 €

La Peau de l’Ours La Peau de l’Ours : Un polar feutré, les mémoires d’un vieux mafieux, Don Palermo, à un jeune escogriffe Amadeo qui lui sert de confident. Don Palermo était montreur d’ours et quand son chemin croise celui de Don Pomorodo, tueur insatiable, c’est la mort qui devient sa compagne, soldat du Don. En prime le futur Don Palermo tombe amoureux de la petite-fille de son patron. Un jeu dangereux qui ne peut que mal se terminer. Oriol et Zidrou signent une histoire forte, d’amour, de destin et de passion. On aime le dessin d’Oriol, ses nuances, ses teintes. Une vengeance aussi mais qui ne vient pas de là où on l’attend. Une belle aventure estivale qui devrait être reconnue cette année.

La Peau de l’Ours, Dargaud, 14,99 €