Interview : Francis Porcel après Bouffon part aux Croisades avec Zidrou et aimerait adapter Don Quichotte

Francis Porcel était en dédicace à Montpellier à la librairie Azimuts. Avec Bouffon, sur un scénario de Zidrou (Dargaud), il trace le portrait d’un bien curieux personnage, prince pas si charmant que ça mais qui a un bon fond et un don. Un album qui connaît un vrai succès après, toujours avec Zidrou, une escapade dure et violente dans les tranchées, Les Folies Bergère. Deux albums qui ont propulsé sur la scène des jeunes auteurs à succès et d’avenir, Francis Porcel comme aussi son ami Jordi Lafebre, autre auteur du team Zidrou. L’école espagnole prend désormais sa place dans la BD franco-belge. Porcel a répondu aux questions de ligneclaire.info sur ses albums mais aussi sur ses envies et son prochain album avec Zidrou (lire l’interview de Zidrou réalisée par JL. TRUC pour culture BD).

Porcel
Francis Porcel à Montpellier. JLT ®

Francis Porcel, vous êtes un des membres du team Zidrou ?

Francis Porcel : J’avais fini de travailler avec Morvan. Je voulais changer de thème et je suis un passionné de BD historique. Mon éditeur Yves Schlirf de chez Dargaud m’a présenté Zidrou. J’avais envie de traiter de la Première Guerre Mondiale. C’est comme cela qu’on a fait Les Folies Bergère.

Une collaboration qui s’est bien passée.

Tout à fait. On a formé une vraie équipe avec Zidrou basée sur la confiance. Dans Folies Bergère la tranchée est finalement le décor unique. Tout tourne autour de la vie quotidienne des Poilus. On a bien fonctionné, avec une complicité certaine.

Les Folies BergèreLa couverture de Folies Bergère a une histoire ?

Oui, c’est grâce à Jordi Lafebre qui a eu cette idée d’affiche, dans un style tout à fait d’époque.

Vous êtes passé ensuite directement au Moyen Age avec Bouffon et toujours Zidrou.

C’est une époque qui me passionne aussi. Je fais de l’escrime médiévale en fait et participe à des reconstitutions en Espagne. Je n’aime pas l’actualité en général, le contemporain. Je me suis documenté et j’ai proposé l’époque à Zidrou. Il m’a répondu avec Bouffon qui était différent de l’idée de base.

Bouffon, c’est un personnage atypique, laid mais fort ? Bouffon c’est un conte un peu noir ?

Il doit survivre au château donc résister à tout depuis son enfance passé dans une prison sous terre. Le plus important c’est son regard. Je ne voulais pas faire Quasimodo et j’ai soumis à Zidrou des croquis pour finalement créer le personnage tel qu’il est dans l’album. Glaviot le bouffon est le personnage le plus compliqué que j’ai fait. Je me suis aussi amusé en arrière plan à intégrer des histoires secondaires au scénario principal. Il faut les chercher sous forme de dessin, de personnages, de clins d’œil. Zidrou a effectivement écrit un conte mais très réaliste.

Bouffon Comme pour Folies Bergère la couverture de Bouffon a aussi une histoire.

Oui. On était au festival de BD de Barcelone. On a déjeuné avec François Boucq, Jordi Lafebre, Zidrou et moi. On était dans le même hôtel. On lui a dit qu’on cherchait une idée de couverture et il a fait un dessin basé finalement sur l’imagerie de l’époque, un profil qui mord sur un visage de face. Et on a travaillé sur cette idée qui a donné la couverture finale.

Zidrou, dans une interview récente donnée à ligneclaire, nous confiait que vous aviez commencé un nouvel album ?

Absolument et on reste au Moyen Age. On sera pendant les Croisades. Un chevalier, Brayard (clin d’œil à Bayard bien sûr) a de très bons rapports avec ses petits-enfants. Il va vouloir ramener chez elle une jeune fille qui serait une princesse arabe alors qu’il revient des croisades. Le ton sera plus léger, avec une bonne dose d’humour même si il y aura des situations dures dans l’histoire. L’album devrait paraître fin 2016. Cette fois, contrairement à ses habitudes, Zidrou me donne le scénario en plusieurs fois. Mais comme d’habitude avec Zidrou je suis très libre.

Bouffon
Le dessin de Boucq qui a servi de base à la couverture de Bouffon ®

Comment êtes-vous venu à la BD ?

Je suis d’un milieu modeste. On n’avait pas de VHS, de jeux vidéo ou autre. C’est l’univers de Star Wars qui m’a inspiré. Je faisais des dessins enfant qui me permettaient de jouer. Je traçais des cases. Et peu à peu je bâtissais mon propre univers.

Quels sont justement les univers que vous auriez envie de traiter aujourd’hui ?

Toujours l’Histoire que ce soit au Moyen Age ou aussi revenir à 14-18. Ou la guerre entre l’Espagne et la Flandre au XVIIe et XVIIIe siècles. Ou encore adapter Don Quichotte, faire ma version.

Et quelles sont les BD, les auteurs que vous aimez ?

J’ai adoré l’Arabe du futur de Sattouf. J’aime André Juillard, ses Sept Vies de l’épervier. Tardi aussi qui m’a inspiré pour Folies Bergère. Moebius qui m’a marqué. En fait je ne suis pas un cinéphile ni un amateur de séries TV. Je noircis mes carnets de croquis avec des dessins préparatoires pour mes albums. Surtout quand je voyage. Enfin je m’attache à mes personnages et j’ai beaucoup de mal à les tuer comme par exemple le prisonnier qui raconte la vie de Bouffon.

Dédicace de Francis Porcel
Un petit selfie de Bouffon et du diable qui rode sur les tranchées de Folies Bergère, spécial Ligne Claire. Merci Porcel ®