Les Beaux Étés T5, joyeux Noël les Faldérault

Elle a fait un petit voyage spatio-temporel la gentille famille des Beaux-arts. Le tome 4 se passait en 1980, le 5, La Fugue, en 1979, juste avant Noël. Madeleine est exploitée dans un magasin de chaussures, son Pierre de mari est à l’hôpital et les gamins se débrouillent mais ont quand même des états d’âme. Comment ils font Zidrou et Jordi Lafebre avec son délicat dessin pour, à chaque album, nous faire avoir les yeux de Chimène pour cette joyeuse bande que l’amour fait vivre ou aussi survivre ? Ce n’est pas qu’une comédie bien pensée Les Beaux Étés. C’est surtout des tranches de vie pleine de vrais sentiments, de petits et grands problèmes comme les nôtres, et de joies simples sans complications. Une fois de plus, avec peut-être encore plus de tendresse, les Faldérault vont vivre une révolution familiale. Et passer un joyeux Noël.

Les Beaux Étés Au magasin de chaussures, sa fille apprend à Madeleine que son mari est parti à l’hôpital. A la gamine de se débrouiller, Madeleine part le rejoindre. Sauf que ce n’est pas lui qui est malade mais son dessinateur, Garin, qui signe Zagor la fameuse série de BD. 7 millions d’exemplaires, ce n’est pas rien. Et Garin a un gros service à demander à Pierre qu’il surnomme Pif. Madeleine débarque. Pierre va bien, encore que reprendre Zagor comme le lui a demandé Garin ne lui convient pas du tout. A la maison les enfants sont enfin rassurés sur le sort de leur papounet d’amour. C’est bientôt Noël et Louis annonce à ses parents qu’avec ses petits boulots il a pu se payer un billet pour le concert de Pink Floyd. Qui a lieu à Londres; Pas question pour ses parents de le laisser à 14 ans s’embarquer pour l’Angleterre. Il fait la tronche Louis et le repas qu’a concocté Pépette en toute innocence ne va pas arranger les choses. Une année noire 1979 pour la famille avec des vacances en Bretagne qui ont été une catastrophe. Madeleine s’accroche avec une cliente et rentre déprimée. Surprise, Pierre et les enfants sont prêts à embarquer dans Mademoiselle Estérel pour partir, en plein hiver, en vacances, passer Noël au soleil.

Avec les Faldérault, on peut s’attendre à tout. Des optimistes soudés, mais cette fois il va y avoir un petit dérapage. Normal pour un ado comme Louis mais tout s’arrange évidemment, bien que rien ne se passe comme prévu. Zidrou a intégré de nouveaux personnages secondaires dont le truculent voisin et ses chiens, l’acariâtre patronne de Madeleine ou le pointilleux douanier belge, Schwanberger. Sans oublier la camionneuse souriante. Conclusion, ce tome 5 est un nouvel éclair d’optimisme simple et convivial. Lafebre est au sommet, expressif, narrateur enthousiaste par son trait si humain. Un bonheur ces Faldérault.

Les Beaux Étés, Tome 5, La Fugue, Dargaud, 14 €

La Fugue