Sac à diable, demi-diable et goupil

Une sorcière qui disparait, le diable qui se retrouve hors enfer et cul-de-jatte, une apprentie diabolique mignonne mais pas vraiment douée, il y a de quoi y perdre son grimoire enchanté. Sac à diable, avec ce premier tome, est une excellente comédie ensorcelée où tous les pouvoirs de l’enfer pourraient bien changer de main. A moins qu’un pacte déroutant et pas très clair ne vienne rebattre les cartes. Cédric Mayen au scénario et Sandra Cardona au dessin ont su avec un humour pas très catholique revisiter les contes et aventures où les sorcières font encore du balai mais où finalement politique infernale et soif du pouvoir ressemblent fort à celles des humains. Jolie dessin et plein d’inventivité dans ce dérapage très agréablement contrôlé.

La Bruja a disparu !

La Bruja, sorcière de haut niveau, se concoctait gentiment un élixir de jouvence avec son copain familier Barbouilard. Bingo, elle a réussi à faire une potion sans pareille et disparait sur son balai dans les nuages où elle se paye un Boeing. Depuis plus de nouvelles et toutes les bestioles enchantées de La Bruja crève la dalle à la maison. Alors seule solution invoquer le diable, le vrai, le cornu mais au moment où il commence à apparaitre torse nu et tout rouge, débarque la nièce de La Bruja, inquiète. Mais le diable a un soucis. Ses jambes, son train arrière à sabots est resté bloqué en enfer. Il lui faut une âme fraîche pour pouvoir recoller les morceaux. Et seule Norah, la nièce, peut l’aider sauf qu’elle est pas folle la guêpe et le diable va se transformer en demi goupil pour l’aider à retrouver sa tante si elle accepte de le porter sur son dos.

Sac à diable

On est surpris, en bien. Une belle inventivité dans les dialogues, les situations, le diable qui finalement pourrait avoir un bon fond alors que ses acolytes sont des traîtres prêts à tout. Norah est une sorcière mais pas des meilleures avec laquelle on va visiter le royaume des damnés. Le chancelier Adramalech ressemble à Batman. On n’est pas au bout de nos surprises et y’a du coup fourré magique dans l’air. On est très envoûté par ces aventures sataniques.

Sac à diable, Tome 1, La Bruja a disparu ! Dargaud, 12 €

Sac à diable