Conquêtes T3, les Dominants de Decornum

Une nouvelle planète en vue pour les vaisseaux terriens qui aimeraient bien se poser et trouver, enfin, la paix. Une histoire complète comme à chaque fois pour ce troisième épisode de Conquêtes, peut-être plus philosophique sur le fond que les précédents donc plus émouvant. Nicolas Jarry est au scénario de Decornum, du nom de cet endroit qui va révéler quelques surprises avant de pouvoir être colonisé. On a vraiment accroché avec cette série très bien écrite, astucieuse et qui ne se limite pas à des combats divers. Au dessin, il y a Stéphane Créty accompagné aux couleurs par Olivier Héban. Direction Decornum, planète sans histoires, en apparence.

ConquêtesSur Decornum où tout serait idéal pour s’installer, il y a les Dominants, un pour cent de la population composée de serfs. Un poste avancé et des colons ont été effacés de la carte par ces Dominants, redoutables machines de combat. Les Terriens n’ont pas les moyens d’un conflit à grande échelle. Les Dominants se composent de trois catégories de plus en plus costauds. Les pires ce sont les Soutiens qui peuvent écraser la technologie terrienne avec ses Mecha 3 habités. Keito est l’un des plus doués des troupes commandées par la lieutenant Abe. Keito se souvient encore de son enfance sur la Terre dévastée par les hommes. Pour vaincre, il va falloir aux colons des informations sur les Dominants, comment ils se reproduisent. Keito est chargé de la mission.

Et c’est la suite qui fait tout l’intérêt de ce Decornum. Jarry propose un scénario surprenant, qui va peu à peu dévoiler l’improbable, l’imparable. Comment les Terriens arriveront-ils à s’adapter, à comprendre ? Ou comme à son habitude l’homme n’est qu’un prédateur asocial ? Question à débattre mais Jarry a fait son choix dans cet épisode angoissant et bien tourné que Créty (Nom de code Martin) illustre sans défaut.

Conquêtes, Tome 3, Decornum, Soleil Éditions, 14,95 €

Decornum

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*