Conquêtes T2, piège à Deluvenn

Conquêtes propose une histoire complète à chaque album. Scénariste et dessinateur changent aussi. Pour ce tome 2, Deluvenn, Nicolas Jarry est au scénario, Bertrand Benoit au dessin. La Terre est loin, ses habitants ou ce qu’il en reste, errent dans l’espace à bord de vaisseau pourris achetés aux Chinois. Une planète colonisable va montrer le bout de son nez mais pas sûr qu’elle ne révèle pas des surprises plus ou moins agaçantes, voire un piège. Un épisode très écrit qui oblige à bien intégrer les dialogues nombreux. Ce qui ne nuit pas au ressenti visuel du dessin. Assez efficace même si on reste dans un contexte classique, un fort en gueule, une gentille famille et des pieuvres aliens qui fabriquent des zombies.

ConquêtesIdris est un technicien qui dans son scaphandre répare comme il peut le vaisseau qui transporteuse colons en mauvais état vers une planète improbable. Depuis trente ans, ils cherchent un endroit où se poser. Une discipline de fer règle et Idris doit encore sortir dans l’espace sans pouvoir se reposer. Il craque et blesse grièvement un officier. Son ex-femme, médecin, ses enfants et sa sœur officier sont aussi de la promenade. Alors qu’une terre nouvelle se présente, on l’envoie au sol pour travailler dans une mine pendant que la population s’installe sur le peu d’endroits fermes dont dispose la planète à grande majorité recouverte par les mers. Deluvenn est le nom de cette terre promise mais qui semble avoir été déjà habitée. Des cités en ruines, Idris se sert d’une araignée robot pour creuser dans le sol. Grâce à sa sœur, il va pouvoir revoir ses enfants mais son fils Cham lors du voyage de retour dans un vaisseau voit une énorme pieuvre nager dans l’océan. En creusant Idris a découvert une énorme antenne métallique. Une équipe plonge dans les profondeurs et trouve une cité couvertes de créatures sculptées qui ressemblent à la pieuvre entrevue.

Tous les éléments se mettent en place pour que l’action commence vraiment. Les cartes sont distribuées dans les trente premières planches. Le rôle du fils sera déterminant, idem pour son père dans le style kamikaze. Assez subtilement l’ennemi sera rapidement parmi les Terriens. Mais comment ? Nicolas Jarry a fait un cocktail de genres qui se laisse tout à fait découvrir comme cela avait déjà été le cas avec le tome 1. Le dessin est lui aussi déterminant sans pour autant crier au miracle. On est dans du dur bien cadré, un soupçon idéaliste mais après tout ça fait du bien.

Conquêtes, Tome 2, Deluvenn, Soleil éditions, 15,50 €

Deluvenn

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*