Freddie Mercury, de Zanzibar à la légende

Une biographie illustrée, simple, chatoyante, et pourtant bourrée de détails nécessaires pour mieux apprécier vie et talent d’un grand créateur, d’un musicien de génie dont la vie a été fauchée par le pire fléau du XXe siècle, le Sida. Freddie Mercury reste un incontournable, certes avec des titres qui ont dépassé le simple cadre de sa vie d’auteur pour devenir des hymnes comme We are the champions. Ce qui frappe quand on lit les textes de Alfonso Casas, c’est le parcours incroyable du compositeur, du chanteur, du groupe avec Queen puis de sa carrière solo. On sait mieux avec cette biographie qui a été Freddie Mercury. On comprend mieux que dès l’enfance il avait montré que la musique pour lui était sa nature profonde. Sa vie est presque un roman, ou une tragédie mais à la hauteur d’un homme d’exception.

Freddie MercuryPas une encyclopédie sur Queen, ni sur Mercury, juste aider à comprendre sa vie. L’auteur signe et dessine un portait. Tout est recoupé dans ses textes mais il y a apporté, on le sent, sa passion pour Mercury. Ils vont faire route ensemble, le temps des 130 pages du bouquin. Freddie Mercury est né à Zanzibar, c’est déjà un point de départ qui va jouer sur son devenir. Il va ensuite à Bombay en Inde, prend des cours de piano et forme un groupe. Avec sa famille, il part en Angleterre car la guerre éclate en 1964 à Zanzibar et la colonie anglaise est menacée. Il va se faire appeler Freddie. C’est sa seconde naissance. Un autre groupe Smile le séduit. Il va rencontrer son égérie, celle qui quoiqu’il arrive restera son grand amour, Mary Austin. La musique devient pour lui une priorité. Queen voit le jour en 1970. C’est Freddie, aussi dessinateur de talent qui signera le logo du groupe. C’est bientôt le succès. Le son Queen est né. Bohemian Rapsody sera pour Freddie une sorte d’autobiographie.

Freddie Mercury

La suite, et beaucoup de faits supplémentaires antérieurs, c’est dans ce livre qui se lit presque d’une traite. On précisera aussi que le chanteur n’avait pas fait mystère ni de son homosexualité, ni de sa maladie, avec courage et franchise. Les fans de Freddie Mercury seront peut-être déjà au fait des anecdotes. Pour ceux qui soit non pas connu l’époque Mercury ou l’ont aimé sans se pencher sur sa vie, cette biographie est un vrai plus, bien faite, riche, que l’on dévore sans ennui, scandée par le ton, les dessins et les bulles ou planches de Casas. Freddie Mercury meurt le 22 novembre 1991. Le Sida n’a pas d’ennemi à cette époque. Que serait devenu Freddie si la maladie l’avait épargnée ? Question finalement sans intérêt sauf qu’il aurait sûrement continué à nous étonner, à nous bluffé par son talent. Reste la légende, sa troisième naissance comme le dit Casas.

Freddie Mercury, Une biographie, Paquet, 14 €