Le Bismarck, la fin annoncée d’un géant

On reste dans le maritime avec un nouvel album de l’excellente série de Jean-Yves Delitte, Les Grandes Batailles Navales, chez Glénat en collaboration avec le Musée de la Marine. L’auteur signe dessin et scénario de la fin d’un géant des mers, le Bismarck, cuirassé allemand coulé par les Anglais le 27 mai 1941. Rien n’aurait dû pouvoir venir à bout de l’un des orgueils de la Kriegsmarine et aussi d’Hitler. Invincible le Bismarck avec un armement impressionnant, récent mais construit sur des bases dépassées, finalement trop vulnérable. Une agonie qui sera longue sous les coups rageurs des bâtiments anglais à qui Churchill avait confié la mission de le couler à tout prix.

Les Grandes batailles navales A Berlin en 1991, un vieux monsieur se souvient. Cinquante ans plus tôt, il était matelot à bord du Bismarck. Ludovic Dekoning avait appareillé de Norvège sur le Bismarck armé de ses canons de 380. Un monstre racé le Bismarck. Mais accroché par la flotte anglaise, le Hood et le Prince of Wales, autre poids-lourd. Le Hood est coulé et le Prince of Wales rompt le combat. A l’Amirauté britannique, on commence à avoir des frissons. Une catastrophe. Dans ce genre de situation, les Anglais sont des tenaces. Ils ont en plus une aviation de reconnaissance efficace qui va avoir de la chance. Et comprendre que le Bismarck a une avarie et se rapproche des côtes françaises pour réparer. Le porte-avion Victorious va pouvoir lancer à ses trousses ses vieux Swordfish dont les torpilles égratignent d’abord la cuirasse du Bismarck. Il va falloir augmenter la dose, changer de tactique si on veut envoyer le cuirassé au fond, le faire devenir une cible impuissante.

Le Bismarck
Le Bismarck à Hambourg en 1940. Archives fédérales allemandes ®

Coulez le Bismarck !, pour ceux qui s’en souviennent, est un bon film de Lewis Gilbert. Delitte a donné à cette aventure dramatique toute sa force narrative et graphique. Son héros matelot permet aussi de scander l’action, découvrir la vie à bord. Il y a des pages panoramiques incroyables dans cette fresque terrifiante qui annonce le début de la fin des géants de mers face aux avions bombardiers. La guerre du Pacifique en sonnera le glas même si Delitte rappelle que le cuirassé lourd US Missouri lancé en 1944 tirera sur l’Irak en 1991.

Les Grandes batailles navales, Le Bismarck, Glénat, Musée de la Marine, 14,95 €

Le Bismarck