Hertz T5, la fin du cycle

On retrouve Napoléon en Égypte. Le fugitif de Sainte-Hélène a toute l’Angleterre aux trousses. André Hertz l’a fait évader mais c’est son propre frère qui a tenté d’empoisonner l’empereur. La saga de la fuite impériale est menée par Didier Convard et Eric Adam avec Denis Falque et Gine au dessin. Des noms qui ont derrière eux Le Triangle secret, Les Gardiens du sang ou aujourd’hui Roma.

HertzÉvasion réussie de Sainte-Hélène pour Napoléon. Les Anglais y ont laissé des plumes et pas contents charge Lowe de le rattraper avec l’aide de Louis Hertz dont la famille est détenue en otage. Ali, garde du corps de l’empereur est tué mais son esprit suit son maître et le conseille en rêves pour son retour en Égypte. Sur place Napoléon retrouve un ancien grognard et avec André Hertz s’enfonce dans le désert. La médaille qu’il porte offerte par Ali va le sauver des bédouins rebelles. Des prêtres égyptiens vont soigner Bonaparte et une révolte a lieu à Louksor. Lowe le rattrape et les comptes se règlent dans la violence.

Une part assez philosophique comme toujours avec Convard. La fin est un peu déroutante, extrême mais dans la ligne de ce style de récit. L’ombre de l’aigle plane sur le récit que raconte Martin et André Hertz reviendra pour de nouvelles aventures. Belle couverture de Juillard.

Hertz, Tome 5, La Troisième mort de l’empereur, Glénat, 14,50 €

La Troisième mort de l'empereur