Buonaparte, quand l’Ogre tournait en cage

C’est une star et on ne compte plus les BD qui lui ont été consacrées. En prime on commémore le deux centième anniversaire de sa mort et c’est d’elle en fait, au moins en partie, sur l’Île de Sainte Hélène qui est le thème de cette nouvelle BD, Buonaparte très atypique et passionnante. Au scénario Rudi Miel et Fabienne Pigière, au dessin Ivan Gil suivent Napoléon et son gardien Hudson Lowe pour un dernier face-à-face, un combat qui va s’appuyer sur leurs souvenirs communs, un trésor caché et un quotidien pas folichon. Le tout forme une aventure à part entière, singulière et prenante.

Buonaparte

Le 5 mai 1821, l’Empereur meurt à Sainte-Hélène, territoire britannique, dans sa résidence de Longwood House. Le Lieutenant général Hudson Lowe vient s’en rendre compte, lui le gardien de l’Ogre que sa route à croisé à maintes reprises. En Corse où en 1793, Lowe est lieutenant dans un groupe de partisans anglais et affronte déjà les Français. Il sera le premier à annoncer aussi son abdication et l’a aperçu en Pologne à Bautzen. L’Égypte à Aboukir, mais Napoléon est déjà parti. Lowe a un compte à régler avec sa propre enfance. Son père l’avait traité de lâche. Lowe après la Corse part en Égypte et Bonaparte y a rendez-vous avec son destin glorieux dans une oasis mais à Waterloo ce sera avec la défaite.

Buonaparte

Le prologue met en place le piège dans lequel tombe Napoléon en pensant que les Anglais en 1815 seront beaux joueurs. Il se met sous leur protection et s’imagine finir ses jours dans un cottage. Sauf que les Anglais ont un défaut, ils ont une mémoire d’éléphant et sont revanchards. Direction Sainte-Hélène, îlot paumé et froid avec comme garde chiourme Lowe qui le hait. Il y a évidemment en toile de fond à cette narration historique la recherche d’un trésor supposé, une lettre mystérieuse. On accroche de suite à Buonaparte, partie romanesque comprise. Le dessin de Gil a déjà mis en cases La Bataille et Bérézina. Autant dire que l’Empereur il connait et restitue l’époque avec grand talent. Un début bien cadré et prometteur qui se conclue par des fiches historiques où on en apprend beaucoup.

Buonaparte, Tome 1, Sainte-Hélène, Delcourt, 14,95 €

Sainte-Hélène