Les Zindics anonymes, mini Sherlock

Quoi de plus normal, lorsque on a un père officier de police judiciaire, d’avoir une fâcheuse tendance à fouiller partout et être très curieux. Alors quand Tom voit son père rentrer à la maison et laisser trainer un gros dossier sur une affaire en cours, il jette un œil. Imaginé par James Christ et Carbone (La Boite à musique chez Dupuis), la série des Zindics anonymes est une histoire de mini Sherlock Holmes des temps modernes. Les auteurs nous livrent ici un premier tome très réussi. Par Sidney TRUC.

Les Zindics anonymes Tom va vite se rendre compte que la série de cambriolage sur laquelle enquête son père, met en cause Fabian un ancien surveillant de son collège. Accompagné de sa meilleure amie Lilia, Tom décide de mener l’enquête de son côté et d’aiguiller anonymement les recherches de son père. Tom va-t-il réussir à faire la lumière sur cette affaire ?

Les dessins de James Christ et le scénario de Carbone fonctionnent parfaitement ensemble. Il y a une sorte d’énergie qui émane de ce mélange. Le dessin est expressif, le découpage des planches permet de conserver un rythme soutenu à l’histoire. Entre la bande dessinée et le comics de par les dessins de James Christ, le récit est très actuel, développant les avantages et les inconvénient des réseaux sociaux et des objets connectés pour les adolescents. Les auteurs ont d’ailleurs fait le choix d’insérer une dernière page de six petits conseils pour se protéger sur internet, permettant d’allier un bon récit d’enquête et de la prévention. Un excellent premier tome qui donne envie de découvrir les prochains.

Les Zindics anonymes, Tome 1, Dupuis, 10,95 €

Les Zindics anonymes