Les Savants, Copernic et Paracelse avant Holmes et Watson

Le principe n’est pas neuf. Prendre des grands noms de la Science comme héros d’intrigues généralement policières a déjà été fait mais, cette fois, le duo formé par Copernic et Paracelse est astucieux. Le second secoue le premier peu sûr de lui mais maître en déduction. Le tout sur fond de Renaissance italienne et avec une pointe de fantastique pour coller aux travaux d’alchimistes des savants de l’époque. Aux commandes deux Italiens, Luca Blengino et Stefano Carloni qui tirent pas mal leur épingle du jeu.

Les SavantsAbattu en plein conférence par un carreau d’arbalète, à Ferrare, Maître Horatius était un ami de Copernic, astronome réputé et pragmatique bien que doutant de ses théories mathématiques. Troublé par cette mort et par la rencontre de Paracelse, médecin et futur grand nom lui-aussi, Copernic accepte de rechercher le meurtrier d’autant qu’un second cadavre s’ajoute à la liste. Un trésor volé et perdu est peut-être le mobile et une mystérieuse dame en noir a des lèvres fatales.

Un petit côté Holmes et de Le Nom de la rose mélangé, ces savants sur la piste du crime ont de la ressource et ouvre une nouvelle série qui flirte aussi avec de la philosophie accessible à tous. Une belle reconstitution historique et de l’action après réflexion. Le dessin manque parfois un peu d’expression, figé et répétitif. Mais cela peut se corriger pour le suivant.

Les Savants, T1 Ferrare 1512, Du plomb en or, Quadrants Soleil, 14,95 €

Du plomb en or