Vor, un voleur dans la loi

Jérôme Pierrat est un journaliste spécialiste du grand banditisme. Ses reportages et ses enquêtes sont régulièrement diffusées sur Canal +. Avec Vor, un voleur dans la loi, c’est à la mafia géorgienne que Pierrat s’intéresse pour sa première BD. Vor veut devenir un parrain tout puissant comme on le lui a promis. Vincent Burmeister est au dessin de cette nouvelle série Casterman.

Vor Après huit ans passés dans une prison de Géorgie, Tariel est libéré. Il doit devenir un Vor, un patron de la mafia. Sauf que les choses ont changé et des luttes d’influence à coups de flingues ont vu le jour. Terrains de jeu la France et l’Espagne où les mafias veulent se partager les recettes. Le frère de Tariel a un contrat sur le dos. Et le Vor le plus puissant de Géorgie a les Russes aux fesses auxquels ils doit rendre de menus services du style élimination d’opposants. Tariel se voit refiler une mission pour les Russes à Paris avec des Tchétchènes pour tueurs. Pas la joie mais passage obligé. Sauf qu’il y a une jolie jeune femme dans la famille des truands. Tariel retrouve son frère mais brièvement avant qu’il ne disparaisse en fumée. Tariel a de la concurrence pour devenir Vor, un certain Kakaber sans état d’âme, qui a du soucis à se faire.

On a un petit air du Parrain version pays de l’Est avec ce Vor. Sauf que c’est l’Europe où se répandent les truands sans pitié des mafias. Pierrat, très bien documenté, leur donne toute leur puissance et leur violence sans limites. Un polar très réaliste soutenu par le dessin de Burmeister qui du souffle et surtout un trait personnel efficace.

Vor, Tome 1, Un voleur dans la loi, Casterman, 14,50 €