Les Gens honnêtes ont bien une belle histoire

Avec ce tome trois, Gibrat et Durieux mettent un terme aux aventures de Philippe, heureux, et libraire dans un petit village du Bordelais. Les Gens honnêtes est un hymne intelligent à la vie, au bonheur, au refus du stress et de la bêtise réunis.

Les Gens honnêtes Il va à la pêche Philippe et lit des romans à son copain Ducousso. Libraire du village après avoir connu entre autres un licenciement, Philippe est squatté par sa mère qui va avoir rapidement un faible pour le maire du village. Son fils, lui, est amoureux de Camille qui le rejoint pour lui dire qu’elle le plaque en douceur. Homme sentimental, Philippe a un bon client à qui il rachète ses BD de collection qu’il lui rend quand il peut en rembourser le prix. La vie suit son train avec ses hauts, ses bas et ses apéros. Et puis il y a mademoiselle Franceschini, viticultrice, qui, petit à petit, va prendre sa place dans le cœur de Philippe qui va découvrir aussi que Ducousso a eu un ancêtre digne d’intérêt.
Jean-Pierre Gibrat au scénario et Christian Durieux au dessin ont mis leur cœur dans Les Gens honnêtes. Philippe c’est un peu tout le monde, une synthèse de ce qui peut nous arriver sans prévenir et qu’on souhaiterait. On savait Gibrat pétri d’humanité, flamboyant défenseur des faibles. Durieux coule son dessin rond et nerveux dans le texte de Gibrat qui a signé une série acide, drôle et touchante.

Les Gens honnêtes, Tome 3, Dupuis, 15,50 €

Les Gens honnêtes