Gibrat, un artbook qui fait la différence

Partir à la suite de Gibrat, sa vie, ses envies, ses passions, ses œuvres, ses regrets, c’est le sens de ce nouvel artbook que lui consacrent les éditions Maghen. Qui dit artbook dit évidemment richesse de l’illustration. Sur ce point, on pouvait faire confiance à l’éditeur. Mais c’est aussi le parcours, les confidences de Gibrat qu’il fallait arriver à extraire, si l’on peut dire, d’un grand auteur dont on connait pour l’avoir souvent rencontré, interviewé, la pudeur et la sensibilité. Rebecca Manzoni, son amie, a été la maîtresse du jeu, perspicace, subtile. Une réussite sur tous les plans. Vingt ans de Gibrat, du Sursis à Mattéo en passant par le Vol du Corbeau sont mis à jour et passés au crible dans L’Hiver en été, titre de cet important ouvrage qui fait la différence.

L'Hiver en été Jean-Pierre Gibrat lui-même a choisi les œuvres qui illustrent cet artbook et supervisé la création du livre, porté le plus grand soin à la reproduction de ses œuvres.Grand format une page ou panoramique, on en prend plein les yeux. Le Sursis est le tournant dans la vue de Gibrat, personnelle ou professionnelle. Gibrat était estimé, ce sera le succès. Lui qui adore les 7 Vies de l’Épervier de Juillard devient une valeur sûre, un grand. Les toits de Paris, l’Occupation période qui l’intéresse, des planches et des illustrations de référence sont là. Crayonnés et couleurs, la première moitié du XXe siècle fascine Gibrat. Libération, Gibrat considère que son dessin n’est pas adapté au contemporain. Exode, on tombe amoureux de Cécile. Chapeau. Un souvenir intime révélé. Le Front Populaire, la Guerre d’Espagne ou les Tranchées, Gibrat va aussi dessiner pour Elle. Pas un bon souvenir.

Mattéo et son héroïne pleine page, flamboyantes, en pilote ou en partisan, Gerda Taro, compagne de Capa, tuée en Espagne, grand reporter et photographe, est là aussi. Gibrat parle de Céline, Voyage au bout de la nuit qui compte dans sa vie. Gibrat décrypte la scène du bivouac. Drôle et franc, mais toujours pudique, on l’a dit, dans la longue interview très riche de Rebecca Manzoni. Ils parlent de tout, de la grande Histoire, des femmes, de ce qu’il aime sur tous les fronts, Audiard. Du grand et beau Gibrat, auteur et homme d’exception, de sentiment, de talent et d’amitié. J-L.T

Gibrat, L’Hiver en été, Éditions Daniel Maghen, 180 pages couleur, format 25 x 35 cm, 39 €

Édition limitée Gibrat, l’hiver en été, numérotée et signée, reprenant les 180 pages de l’édition courante plus un chapitre de 32 pages inédites de recherches, croquis et illustrations, intitulé « Arrière-Saison ». Le tirage de tête est présenté avec une couverture inédite, un dos toilé et un étui sérigraphié avec image collée, accompagné d’un ex-libris signé et numéroté imprimé sur Rives Sensation. Édition limitée à 375 exemplaires, 200 €

L'Hiver en été