Mattéo T4, Gibrat pour une guerre qui en prépare bientôt une autre

Jean-Pierre Gibrat s’en était ouvert lors d’une interview à Sète avec ligneclaire.info il y a deux ans. Mattéo allait se battre en Espagne où la guerre civile a éclaté en 1936. Et cela pour au moins deux albums. Dans cette quatrième époque on est en août-septembre 1936. Mattéo passe à une nouvelle forme de révolution après celle de 1917 en Russie. Un terrain de choix aussi pour Gibrat qui fait revivre une époque de lâcheté et de courage selon le camp, de champs de manœuvres de la future guerre mondiale qui approche, de fascisme victorieux qui durera jusqu’en 1975 en Espagne. Il excelle Gibrat à glisser de ci de là ses sentiments, clairs et forts, lui qui se dit un pessimiste sifflotant. Son dessin est flamboyant, de plus en plus proche de l’illustration peaufinée, travaillée, qui mises bout à bout forment une vague écrasante de talent enthousiasmant. Jean-Pierre Gibrat sera à Quai des Bulles à Saint-Malo.

MattéoMême avec les armes qu’ils apportent dans leur barque aux Républicains, Mattéo et ses amis doivent montrer patte blanche. A Barcelone socialistes, anarchistes, communistes se battent aussi au sein même du pouvoir républicain. Les communistes, Mattéo il connait avec les bolcheviks en Russie. Amélie en a soupé des discussions entre les deux garçons et part chercher comment elle peut aider les Républicains. Elle va devenir infirmière et rencontre un pilote anglais qui a rejoint les rangs des Républicains. Robert et Mattéo s’affrontent. Mattéo rejoint Amélie et a refusé de prendre la tête d’une section pour attaquer Alcetria un village dont parlait souvent son père. Mais les franquistes repoussent Mattéo et ses hommes abattus par un sniper en embuscade. Mattéo est obligé de prendre le commandement des survivants.

Jean-Pierre Gibrat
Jean-Pierre Gibrat. JLT ®

Une belle fluidité dans le scénario qui montre l’amateurisme courageux de femmes et d’hommes qui se battent comme ils peuvent confrontés à une armée de métier et à un pouvoir installé tout puissant. Gibrat trace des portraits humains, loin des héros stéréotypés. Idem pour sa Polonaise sportive ou du riche propriétaire du village pris par les miliciens. Gibrat fait rebondir l’action au final et prépare le cinquième opus de Mattéo. Les couleurs de cette Espagne en guerre sont vives, violentes. On est pris par la beauté de l’ouvrage non seulement sur le plan graphique mais aussi surtout par sa spontanéité pleine de vie. Reste aussi Barcelone et la Catalogne en arrière plan qui prennent dans l’actualité d’aujourd’hui encore plus de relief.

Mattéo, quatrième époque, Futuropolis, 17 €

Quatrième époque