Hip Hop Family Tree T4, des années effervescentes

On s’y est fait à cette étonnante chronique dessinée qui raconte dans le détail la véritable histoire d’un genre musical qui a eu ses stars et ses détracteurs. On la suit de près, histoire d’être un peu moins largué. Un tome quatre qui aborde la période 1984-1985, pas vraiment la plus calme pour le mouvement. Hip Hop Family Tree est devenu au fil des albums, incontournable. Ed Piskor continue une enquête pas simple mais objective, des influences, des grands noms du genre. Un voyage dans un monde très animé, pour le moins. A noter que seules les éditions Papa Guédé distribuent la version en français de Hip Hop Family Tree.

Hip Hop Family Tree Egyptian Lover ouvre le bal des DJ. Avec la concurrence d’Uncle Jamm’s Army. L’union fait la force en 1983 et le succès est là. Arrive Schoolly D., un petit génie qui a l’art dans la peau et fréquente des loubards. Il débute comme DJ style trash. Mr Magic, Davy, Kid Wizard ou Busy Bee Markie sont presque des voisins. On n’oublie pas celui qui est un précurseur du Hip Hop, James Brown. Mais ce n’est pas pour autant que la culture noire musicale arrive à se faire une place dans les programmations des radios US. Il y aura aussi des curiosités dans le milieu en 1984 avec un certain Russell qui va vite comprendre qu’il y a du fric à se faire.

Un récapitulatif détaillé, exhaustif, bourré d’anecdotes que l’on lit effectivement comme un bon scénario BD. Il y a aussi des filles, les US girls, Mc Sha Rock ou Queen Lisa Lee. Le Hip Hop est en plein effervescence. Opposition New York-Philadelphie. La tournée compliquée de Beastie Boys avec Madonna, Will Smith qui rencontre Jazzy Jeff, tout ça c’était du chinois avant que Piskor s’y mette. Tous les fans de Hip Hop, et ceux qui ont quelques grammes de curiosité doivent continuer à se plonger dans cette série étonnante. Une BD historique très comics ce qui accentue son effet, traduite en neuf langues et couronnée d’un Eisner Award aux États-Unis.

Hip Hop Family Tree, Tome 4, 1984-1985, Éditions Papa Guédé, 26

1984-1985