Paci, on n’échappe pas à son destin

Il aurait bien voulu faire une fin, se retirer des affaires. Paci, son vrai nom c’est Pacifique, est un roi du go-fast. Le coffre plein de came il roule à 200 à l’heure sur l’autoroute pour éviter les contrôles et livrer la marchandise. Sorti de prison il la joue profil bas. Mais toutes les meilleures choses ont une fin. Le tome 1 Bacalan déménage. Vincent Perriot a signé Belleville Story et a travaillé sur le film de Sfar, Le Chat du rabbin. Il a beaucoup de talent le trentenaire.

PaciPaci conduit des engins de chantier, un bracelet à la cheville. Son copain du moment, c’est un type qui a une case en moins, Yvan. On fait avec ce qu’on a. Ashram, son ancien patron, le remet sur un coup. Paci refuse. Il est connu, Paci, et il y a d’autres demandes. Un Anglais lui fait des avances. Ce qui ne plaît pas à Ashram. Paci rencontre une jeune femme sympa même si elle a tendance à user des substances illégales. L’Anglais continue à agacer Paci qui se met en colère car en prime son meilleur copain l’implique dans un vol minable. Faut toujours se méfier des amis.

Il y a de la tenue dans ce polar urbain. L’ex-taulard va se rebiffer, on le sent, mais il n’est pas sorti de l’auberge. Perriot a une écriture dense et efficace. On a une bonne histoire qu’il met en images avec plaisir et talent. Deux autres tome sont à venir très vite. Quel sera le destin de Paci que Isabelle Merlet met brillamment en couleur ?

Paci, Tome 1, Bacalan, Dargaud, 13,99 €

Bacalan