Super Sons, tel père tel fils

Les Super-Héros ont fait des petits, au sens propre du terme, et les gamins ont la velléité de jouer aux grands. Dans Super Sons tome 1, on découvre la progéniture de Batman et de Superman qui va se mêler à des affaires qui risquent soit de les dépasser, soit de leur apporter leur lettres de noblesse. Mais il va y a voir des surprises grâce au scénario de Peter J. Tomasi et aux dessins de Jorge Jimenez et Alisson Borges. Des débuts surprenants, avec des clins d’œil et de l’humour. On les aime bien les deux rejetons en mal d’héroïsme.

Super SonsDamian est le fils de Bruce Wayne et de Talia al Ghul. Quand il rejoint son père il prend la place de Robin mais avec un caractère pour le moins disjoncté. Avec lui il y a Jon Kent fils du grand Kent, Superman, et de Loïs Lane. Jon c’est le gentil qui hésite à se servir de ses pouvoirs et obéit à papa et maman ce qui n’est pas vraiment le cas de Damian. Les deux garçons vont s’embarquer dans une aventures où des clones leur feraient bien la peau. Mais avant, retour sur leurs vies et leurs envies. Damian mène la danse malgré un certain Lex Luthor devenu sympa et protecteur de Metropolis. Lex va tomber sur les deux copains qui grimpent comme ils peuvent sur une façade car leurs super-pouvoirs ne sont pas encore au point. Mais ils ne doutent pas qu’ils vont avoir à affronter un gamin tordu à souhait. Un virus, l’amazo, a contaminé une famille dont le fils Reggie a le pouvoir de se multiplier mais aussi de fabriquer des androides qui sont des copies de Superman et Batman semant le trouble dans l’esprit de leurs enfants.

Ce qui est bien avec ce genre de comics, c’est que les scénaristes peuvent totalement laisser leur imagination galoper. Le Reggie en est un exemple. On est dans un monde où tout est possible. Ils ont un côté très décontracté les deux garnements, surtout le Robin plus déluré et moins coincé que son copain Jon. L’histoire est aussi servie par un dessins qui assure, invente et des couleurs flamboyantes. On va les suivre à la trace les deux galopins.

Super Sons, Tome 1, Quand je serai grand, Urban Comics, 14,50 €

Quand je serai grand