Femme sauvage, un bonheur naturel

Dans un futur proche, une catastrophe mondiale, écologique, un pouvoir totalitaire installée, un psychopathe à la Maison Blanche. Il ne reste plus qu’à fuir pour rejoindre les Rebels américains vers le Canada. Dans Femme sauvage, elle décide de partir vers le nord à travers forêts désertes et mystérieuses. Sa quête va être une succession d’épreuves mais aussi de joies, de découvertes. Un récit signé par Tom Tirabosco qui est aussi une charge politique, le capitaliste pire des maux. Et l’abandon d’un pays et d’un monde dont on ne plus rien attendre. Quelques arguments font le poids, d’autres plus légers illustrés par des images un peu caricaturales. Peu importe en fait car ce qui compte, c’est le futur, la place de la nature qui va devenir vitale dans la vie de la jeune femme. Un conte, une balade, une fable, riche et aux rebondissements imprévisibles.

Femme sauvageElle est sur la route. Vers le Yukon. Plus jeune elle a été habituée à vivre en milieu naturel, poser des collets. Au lycée elle s’était rapprochée d’Ethan, le seul artiste de la classe. Mais, malgré son amour, elle veut rejoindre le collectif. Marcher, ressentir la vie qui l’entoure même si il y a des types armés, des chasseurs viandards dangereux. Se cacher dans la forêt, tomber sur un taré et ne pas avoir le choix, tuer. Petite, elle voulait devenir fermière. Seule ? Pas vraiment, elle est suivie par une bizarre créature et retombe sur les deux affolés de la gâchette. Pas le choix, fuir encore et tomber sur un ours que les deux abrutis abattent. Survivre à tout prix malgré la pluie et le froid jusqu’au jour où…

Il faut conserver toute la part de suspense qui bâtit, après une assez longue introduction, le récit. Car évidemment Tirabosco ne se limite pas à un manuel pour survivant post-apocalyptique ou autre joyeuseté. C’est dans une rencontre étonnante, symbolique que l’action se matérialise avec sa suite d’évènements inattendus mais vitaux au sens propre du terme, porteurs de sens. La Femme sauvage ne trouvera peut-être pas le paradis mais ça pourrait bien y ressembler. De l’émotion et de la tendresse dans cette suite de 240 pages en noir et blanc, portée à la fois par le scénario et par le dessin très riche de Tirabosco.

Femme sauvage, Futuropolis, 25 €

Femme sauvage

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*