Tenjin, le dieu du ciel et les oiseaux d’acier

Une histoire d’avions, de pilotes sous forme de manga. Tenjin est une nouvelle série qui va faire vibrer les amateurs d’oiseaux d’acier, le tout dans une ambiance assez Top Gun.  Riku Sagakami est issu d’une famille de pilotes certes doués mais lui il a en plus le don de piloter à l’instinct. Ce qui ne va pas lui faciliter les choses avec ses copains et ses instructeurs. Aux manettes Yōichi Komori, Muneaki Taoka et Tasuku Sugie pour cette envolée d’un aiglon très doué.

TenjinUn instructeur, le colonel Sakagami perd un élève en vol qui s’écrase en pleine ville. Son fils, Riku est encore enfant mais il sait qu’un jour il sera lui aussi pilote bien que son père soit tenu responsable de l’accident. Dés son premier vol avec un ami sur un vieux biplan, Riku montre des facilités étonnantes à tenir le manche. Il est persuadé aussi que dans les air il y a Tenjin, une sorte d’esprit qui protège les pilotes. Riku veut savoir ce qui s’est vraiment passé pendant l’accident dont on accuse son père. Riku intègre l’école de l’air japonaise et rencontre ses futurs équipiers,  la jolie Nao, Kojiro et d’autres étudiants déjà pilotes ou diplômés. Mais Riku a un avantage, il sent à l’avance les réactions de l’avion qu’il pilote.

Le Dieu du cielDeux pilotes concurrents, Riku et l’hyper-doué Hayari qui sera à la fois son rival et son ami, ce manga est assez classique sur le fond. Le scénario fait appel à toutes les ficelles des récits du genre mais c’est fait avec intelligence, en finesse. On découvre par contre un univers et pour cause japonisant sur les méthodes de formation, l’état d’esprit des jeunes pilotes en sachant qu’il font partie d’une force d’auto-défense. En 1945 l’armée japonaise vaincue a été complètement réformée et ne peut en principe intervenir en dehors de l’archipel nippon. Un manga que l’on a plaisir à lire et qui devrait étonner les fans du genre aéronautique. Prochaine sortie en août.

Tenjin, T1, Kana, 5,45 €