Utopie, un futur pas très souriant

Même si c’est particulièrement bien écrit par Rodolphe et dessiné par Griffo, on ne pas dire que leur Utopie, une trilogie soit vraiment originale sur le fond. Instinctivement Soleil Vert vient à l’esprit. Un futur parfait, des implants, des droïdes femmes ou hommes compagnons des humains mis au pas, un bonheur artificiel, une puissance dirigeante, les livres interdits et bien sûr des résistants, difficile d’être surpris même si le récit est bien mené. Un héros Will Jones qui va faire sa révolution culturelle, ce qui ne sera pas simple. De très beaux décors par contre et des personnages bien crédibles.

Utopie

Belle journée comme d’habitude dans une cité futuriste où les habitants humains comme Will Jones sont régulièrement testés par des droïdes qui vérifient aussi sa compagne robot esclave parfait, Kiss. Des puces, un interrogatoire et tout va bien. Will mène une vie tranquille et travaille à l’académie historique où on repasse le passé au crible. Dans les bas-fonds de la ville, la brigade des nettoyeurs arrête les déviants. Nigel ami de Will en est le chef. Will est passionné par un jeu vidéo, Double vie où il incarne un chevalier super-héros. Mais à son travail où on rend hommage aux dirigeants Andy et Carla, quelqu’un a glissé un livre dans sa combinaison. Il aurait dû signaler l’incident mais il garde le livre et le lit, acte répréhensible.

On comprend que les ennuis commencent pour Will que piste en plus Kiss la droïde. Rodolphe décrit dans le détail la société dans laquelle se déroule Utopie. Il y ajoute des rebondissements qu’on voit arriver avec des détails amusants comme la vraie orthographe de Stalingrad. La tension monte mais où va-t-on en arriver ? Tout le suspense est là.

Utopie, Tome 1, Delcourt, 13, 50 €

 

4.8/5 - (5 votes)