Violette Morris, qui était-elle vraiment ? Javi Rey en dédicace à Narbonne le 2 novembre

Violette Morris a vraiment existé et défrayé, à plus d’un titre, la chronique des années vingt à sa mort en 1944, abattue par la Résistance. Bertrand Galic et Kriss se sont emparés de ce sujet hors normes pour bâtir, sur fond de grande histoire, une fiction qui pose en fait la question (presque) incontournable : Violette Morris était-elle vraiment une espionne et gestapiste à la solde des Allemands ou pas ? Si oui pourquoi et quelles furent les vraies circonstances de sa mort sur lesquelles une avocate juive, résistante et son amie d’enfance va enquêter à la Libération. Un sujet pas simple mais qui est passionnant, bien traité, servi par le dessin de Javi Rey et par, à la fin de l’album, le dossier historique de Marie-Jo Bonnet. Un vrai cas Violette Morris mais qui a eu au moins un mérite, de montrer qu’une femme pouvait être une sportive de haut niveau malgré la jalousie masculine et la bêtise des fédérations. A noter que les trois auteurs ont signé le remarquable Un Maillot pour l’Algérie. Javi Rey sera en dédicace le 2 novembre à Narbonne chez BD & Cie.

Violette MorrisSeptembre 1945, dans l’Eure, Lucie, ex-avocate destituée par Vichy car juive, pédale sur son vélo. Résistante, elle a échappé à la déportation, la seule de sa famille, et retrouve son compagnon de réseau l’inspecteur Delaunay. On va exhumer les corps de la famille Bailleul abattue dans la voiture de Violette Morris à la Libération. Lucie a monté une agence de recherches de personnes disparues. Les Bailleul ont été assassinés en avril 1944. Deux enfants sont parmi les cadavres. Le sixième corps a une particularité. C’est une femme sans poitrine. Violette Morris s’était fait enlever les seins pour pouvoir piloter une voiture de course. Lucie se souvient de Violette quand elles étaient ensemble en pension. On est en 1909 et Violette se met tous les profs à dos malgré ses ascendances familiales de haut niveau. Lucie suit les obsèques de Bailleul et de Violette avent de rentrer chez elle où elle revoit les photos d’elle et de Violette jeunes femmes. Violette est une sportive aguerrie qui se bat pour avoir une place parmi les hommes.

À abattre par tous moyens

Sur la piste de Violette Morris, volontaire ambulancière en 14, et collaboratrice en 44, on découvre un personnage jusqu’au-boutiste. Qui était vraiment Violette Morris ? C’est un jeu de piste que propose les auteurs. A-t-elle était tuée pour ce qu’elle était, homosexuelle, libre et scandaleuse ou ce qu’on pensait qu’elle était, une traîtresse recrutée par la Gestapo à abattre par tous les moyens ? On en saura plus dans le prochain tome sur la légende très noire de celle qu’on a surnommé la hyène de la Gestapo.

Violette Morris, Tome 1, À abattre par tous moyens, Futuropolis, 16 €