Melvile T2, l’histoire édifiante de Saul Miller

On tombe parfois sur des titres qui demandent plusieurs lectures avant qu’on ne réagisse. En positif, en négatif ou les deux. Surtout quand on avait aimé le tome 1. Melvile, l’histoire de Saul Miller, fait partie de la liste. Avec cette suite, Romain Renard continue sa chronique du village imaginaire de Melvile sur fond d’étoiles, de mirages, de fantômes et d’un type complètement paumé dans ses regrets et ses fantasmes, Saul Miller. Il est agaçant cet astronome solitaire qui finit par prendre ses cauchemars pour la réalité. Au point qu’on ne s’étonne pas vraiment que son destin l’embarque au final pour une future et vraisemblable confrontation avec un bon psy dans un asile.

Melvile 2

Il vit seul et retiré Saul Miller. Il regarde les étoiles, donne des cours comme un bon prof retraité et ne supporte pas qu’on passe sur sa propriété. Quand deux types bizarres lui en demandent l’autorisation il devient hargneux mais pas courageux ni téméraire. Il a la frousse de sa vie tout en changeant de comportement. Le gentil naïf a un mauvais fond. Ses amis les plus proches ont des problèmes de procréation. La mère de son élève est sa maîtresse. Elle le laisse tomber et prend la route ce qui va aggraver les choses.

On ne peut pas le plaindre Saul Miller, même à la troisième lecture de sa chute dans le gouffre de ses obsessions. Il est fada et, à sa décharge, son environnement ne l’aide pas. Dessiné comme sur deux calques, personnages au trait en avant plan et décors plus peints au second, le tout dans des teintes sombres, ce tome 2 de Melvile de Romain Renard a des qualités indéniables, graphisme travaillé, inventif, histoire accrocheuse mais aussi un principal défaut, sa longueur dont le préambule et une multiplication des cases qui nuit à la force de l’action. Cet essai global de nouvelle expression artistique avec une expansion numérique est à saluer sur le fond. Même si on a l’impression que cette fois Romain Renard s’est cherché et pas vraiment trouvé. Pas la peine non plus de comparer. Rien à voir avec Stephen King ou Délivrance. Sur la forme et l’impact, les lecteurs le diront.

Melvile, T2 L’histoire de Saul Miller, Le Lombard, 22,5 €