Journées rouges et boulettes bleues, galère estivale et canine

Journées rouges et boulettes bleuesDes chiens qui disparaissent dont Hermione, celui du jeune Baptiste, en vacances avec son père et son frère Kevin, ado rebelle dans le Sud de la France, cela ne va pas être de tout repos cette balade pour la petite famille. Journées Rouges et boulettes bleues est signé par deux scénaristes, Rémy Benjamin et Cyprien Mathieu avec au dessin Olivier Perret. Une montée en puissance de petits évènements du quotidien qui se transforment en drame, le tout sur le fil du rasoir. Un ton prenant et surtout sans fausse note car tout est possible dans cette aventure estivale.

Journées rouges et boulettes bleues
Boîte à bulles ©

François  emmène sa famille en vacances, fils et chien. Clara sa femme est très occupée par son job. Tout commence bien dans le petit village au bord de la mer où déjà François venait enfant. Son fils ainé Kévin est l’ado type, grognon et branché en permanence. Clara décale sa venue et Hermione disparaît.  Ce qui traumatise Baptiste un brin fragile. François a retrouvé Hermione, enfin son cadavre, ce qu’il n’ose avouer à son fils. François va mettre le doigt dans un engrenage fatal car les chiens se mettent à mourir à grande vitesse dans le patelin ce qui agace fortement les chasseurs. Par contre François retrouve un amour de jeunesse.

Comme quoi il ne faut pas que les enfants aient des animaux domestiques. C’est dangereux et traumatisant pour tout le monde. Une saga qui raconte à la fois des souvenirs d’enfance, ceux du père, un échec avec celui de son couple, une lâcheté en n’avouant pas la mort du chien ce qui l’embarque dans une galère improbable. Le tout fonctionne bien sur un dessin clair rehaussé de belles couleurs et est parfaitement mis en scène, en douceur.

Journées rouges et boulettes bleues, La Boîte à bulles, 19 €