Les Poilus d’Alaska T2, des chiens de traineaux dans les tranchées

Des chiens de traîneaux dans les tranchées en 14, ce n’est pas une galéjade. La série Les Poilus d’Alaska (Casterman) raconte leur histoire. Deux journalistes, Daniel Duhand et Michael Delbosco, spécialistes de l’Alaska, ont réalisé une œuvre passionnante dont ils signent le scénario et qui comportera cinq albums sur cet épisode méconnu de la Grande Guerre. Le tome 2 vient de sortir.

Les Poilus d'Alaska

Moufflot en cette année 1915 continue à tenter de convaincre l’état-major que des chiens de traineau pourraient être utiles sur les fronts enneigés comme les Vosges. Son meilleur ami, Melun, pousse d’autres projets et se fait payer par des industriels pour éponger ses dettes de jeu. En prime, il est amoureux de la femme de Moufflot avec laquelle il semble avoir une liaison. Ce qui va les obliger à se battre en duel. Avant la guerre Moufflot a crée en Alaska une entreprise de raffinage de l’or avec un procédé révolutionnaire. Mais il en a été évincé. Cela lui a cependant permis de découvrir l’usage des chiens de traineaux. Son projet est accepté, l’aventure peut commencer.

Un suite passionnante avec une part romancée mais qui permet de relancer l’action qui colle à la vérité historique en ce qui concerne l’utilisation des chiens pendant la guerre de 14. Le personnage de Moufflet (Moufflot dans la BD) est hors normes, violent, génial, aventurier invincible au cœur endurci. On va suivre  Moufflot et son adjoint dans leur périple vers l’Alaska avec beaucoup d’intérêt. Félix Brune a donné relief et puissance par son dessin à ces poilus canins.

Les Poilus d’Alaska, T2, Melun, printemps 1915, Casterman, 13,50 €

Melun, printemps 1915

Voici l’interview des scénaristes de la série, Daniel Duhand et Michael Delbosco pour la sortie du premier tome. Ce texte a été publié sur le site culturebd.com et signé par Jean-Laurent TRUC.

Les Poilus d'Alaska

Daniel Duhand et Michael Delbosco, comment avez-vous découvert ce sujet méconnu de l’Histoire de la Grande Guerre ?

Nous avions déjà fait des reportages sur l’Alaska pour le Figaro Magazine et entendu parler de ces chiens amenés en France lors d’une expédition en 1997 en Alaska. Nous avons travaillé ensuite sur les archives militaires et sorti un documentaire-fiction sur le sujet qui a été diffusé sur Arte en 2012. Nous avons eu envie d’en faire une BD. Nous nous sommes appuyés aussi sur des recherches très précises que nous avions entamées pour un livre sur l’Alaska. On trouve d’ailleurs trace de cette opération pendant la guerre de 14 dans un ouvrage de Paul-Émile Victor.

Cela semble incroyable quand on se souvient du côté borné de l’état-major pour les armes nouvelles à l’époque.

Oui et non car des projets de chenillettes, de chars d’assaut sont lancés mais il fallait des délais trop longs pour les mener à bien. L’hiver 1914 avait été très froid, enneigé en particulier sur le front des Vosges. Le ravitaillement était devenu très difficile et impossible d’évacuer les blessés. L’idée du capitaine Moufflot (en fait Moufflet dans la réalité) est simple. Il avait vécu en Alaska, il sait que les attelages de chiens sont capables de porter des charges considérables et surtout de passer sur des terrains enneigés les plus impraticables. C’est un moyen de locomotion parfait à ses yeux. Il sera soutenu par sa hiérarchie qui a peur que l’hiver de 1915 ne soit encore plus rigoureux. Tous les personnages sont vrais dans cette histoire même si on a un peu modifié leurs noms.

Capitaine Moufflot
Le capitaine Moufflot ®

Le capitaine Moufflot dans votre album est un dur à cuire et un personnage pas vraiment sympathique.

Il a perdu tous ses hommes au début des hostilités dans les Vosges, il a été grièvement blessé, il s’évade et on veut presque le mettre au rencard. C’est une sorte de super-héros confronté à une réalité épouvantable. C’est ce que l’on voit dans le premier tome. Il va se servir de son image et les choses vont aller très vite.

Dans le tome 2, Moufflot part en 1915 avec son adjoint Hass chercher ses chiens en Alaska où il retrouve son ancien associé Scotty Allan, l’homme qui parle à l’oreille des chiens ?

Effectivement. Scotty Allan a vraiment existé aussi et c’était un grand meneur de chiens de traîneaux, un dresseur. Il est assez ambigu car son vrai souci était de devenir célèbre. On sent qu’il y a un compte à régler entre eux et on le découvrira au fur et à mesure. Nous avons un peu romancé cet antagonisme entre les deux hommes. Moufflot va ramener une meute de 436 chiens. Il débarque donc au Havre courant 1915. L’armée française crée deux sections d’équipages de chiens d’Alaska au sein de la 7e armée. Ces sections sont en fait indépendantes et interviendront dès 1916. Mais leur histoire restera plus ou moins secrète.

Quel sera le destin de ces chiens et de ces sections ?

La moitié des chiens sera tuée au combat. Ils vont faire un travail remarquable et certains seront décorés. C’est ce que nous racontons. Les survivants seront confiés aux soldats des sections et beaucoup passeront le restant de leurs jours dans les Vosges. Quant aux sections, la mécanisation des moyens de transports militaires mettra un terme à leur action à la fin de la guerre.

Au dessin c’est Brune que l’on connaît aussi sous le nom de Marion Mousse qui a signé le très beau Louise et les loups. Avec Les Poilus d’Alaska son dessin qui fait parfois penser à celui de Larcenet est différent de ses autres albums.

Peut-être mais son dessin s’est surtout parfaitement imposé à notre histoire. Il maîtrise réalisme et ligne claire, a bien donné leur relief à tous les personnages principaux dont Scotty et Moufflot. Brune a su aussi rendre très crédibles les ambiances enneigées de l’Alaska ou des Vosges, aux scènes de combat.

Propos recueillis par Jean-Laurent TRUC