Green Class, un virus prometteur

En revenant d’un camp dans les bayous de Louisiane, une bande d’ados et leur éducateur découvrent qu’une alerte à un virus terrifiant, le HBV2, a transformé la région en un piège mortel. Les malades qu’il touche deviennent des mutants agressifs et défigurés. L’un des jeunes gens est contaminé. Ses copains ne veulent pas l’abandonner et refusent d’être évacués. Green Class est plus près de Gung-Ho que de Seuls même si on joue dans un registre assez similaire, celui de la solidarité entre copains et amoureux en puissance. Dans ce premier tome, les personnages prennent leurs marques et de la consistance pour mieux affronter un destin pas vraiment marrant à moins que… Jérôme Hamon a bâti le scénario qui se distingue par son panel bien vu de héros ados qui vont devenir adultes, et par l’idée même de la force de l’amitié pour le malade de la bande. Côté graphique David Tako assure en tout point, univers, ambiance et dessin des personnages. Les deux auteurs ont aussi collaboré au niveau de l’écriture en général de cette série bien balancée qui ne fait pas du tout, en fait, dans le classique zombie story et innove sur bien des niveaux. Sortie le 15 février en librairies.

Green ClassDe retour d’un camp en classe verte, une vingtaine d’ados canadiens découvrent que la Louisiane a été touchée par une épidémie virale. Impossible de la contrôler. Comme ils sont Canadiens, on accepte de les rapatrier mais l’un d’eux, Noah, est atteint. Il doit rester dans la zone touchée qui va être fermée par un mur infranchissable pour éradiquer le virus qui transforme en monstres violents les malades. La sœur de Noah, Naia, refuse de quitter son frère. Avec elle Lucas, Linda à contre cœur, Berth et Sato décident de rester aussi. Ils ex-filtrent Noah qui commencent à muter et se réfugient dans une grande maison. Mais dans la ville des bandes de voyous se sont formées et c’est pour leur vie que les ados vont devoir lutter, face aussi aux malades mutants. Les ados sont obligés de participer à leur chasse. Le mur est un piège mortel pour ces qui veulent le franchir.

La mécanique ne laisse rien au hasard. Tout en maintenant le suspense. Quelle est la cause de cette mutation ? Un virus curieux. Quel est le rôle de Noah ? Comment les six ados vont quitter le monde de l’enfance pour affronter celui des adultes ? Le tout dans des décors et un environnement hostile, voire fantastique, peut-être. Une série qui devrait s’imposer, on lui souhaite, par son originalité et ses nombreuses qualités dont sa très bonne accroche narrative.

Green Class, Tome 1, Pandémie, Le Lombard, 12,45 €

Pandémie

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*