La Vengeance de Croc-en-Jambe, jubilatoire

Un album jubilatoire, un milieu pourri, des personnages à la Dubout revus et corrigés par San Antonio, deux musiciens en galère aurait mieux fait de s’abstenir d’aller faire un tour à la fête foraine. La Vengeance de Croc-en-Jambe est une balade dans un monde incertain, noir, déjanté avec deux zozos à la ramasse qui vont mettre le feu aux poudres dès qu’ils ont un verre de trop dans la guitare. Nicolas Moog et Matthias Lehmann cosignent scénario et dessin de ce polar social, à connotation politique et historique. Un régal et une vraie découverte.

La Vengeance de Croc-en-Jambe Nic et Matt sont musiciens ce qui les amène dans le bassin minier de la Fensch, dans le grand Est, la Moselle. Pas vraiment joyeux mais un contrat dans une fête foraine avec picole gratuite, ils aiment. Ils vont même repeindre un manège pour trois ronds de plus. Concert parfait et une mitraillette qui pointe le bout de son canon. Elle provient du stock du Kabyle. Et les musicos bourrés en voit un peu trop. Dans la foulée, il joue pour l’enterrement de Franckie, un petit truand, qui semble avoir hérité des balles de la mitraillette. Ce qui déplait fortement à Croc-en-Jambe, vieux maffieux d’extrême droite qui va en demander plus à Nic et Matt car les deux abrutis saouls déclament qu’ils savent qui a tué Franckie.

Les rois de l’embrouille face au milieu mosellan. Le Croc a un passé personnel et familial à base de tortures diverses. Il partage le territoire avec les forains et les Kabyles. Associations de malfaiteurs, une vieille blindée, un couple d’amoureux niais, et tout ça va faire un sac de nœuds sanglants. Mais la presse locale veille au grain, sans scrupules, pour de bon. Un bel humour au vitriol, des cas sociaux et un album de 88 pages réjouissant côté face scénario et pile dessin. Que demander de plus.

La Vengeance de Croc-en-Jambe, Fluide Glacial, 16,90 €

La Vengeance de Croc-en-Jambe