Joe Golem, des monstres sous les eaux de Manhattan

Mike Mignola et Christopher Golden sont aux commandes de Joe Golem, détective de l’occulte. Une série atypique qui mélange fantastique, polar et personnages sortis des légendes anciennes. On est dans un New York que n’aurait pas renié Valérian. Les eaux ont envahi Lower Manhattan après un séisme et des créatures étranges, dévastatrices écument les lieux. Joe Golem aux pouvoirs surnaturels va devoir se mêler d’affaires pour le moins curieuses avec son patron Simon Church. Le dessin de Patric Reynolds est d’une rare perfection, ténébreux, angoissant, portant toutes les contradictions et interrogations des personnages.

Joe GolemSeptembre 1965, la nuit est tombé sur la ville engloutie. Des enfants qui volent un couple d’amoureux sont attaqués par un monstre sorti des eaux qui en enlève un. Ce n’est pas le premier. Dans ses rêves Joe Golem voit un monde de sorciers contre lesquels un prêtre lance une créature indestructible. Church et Joe vont enquêter sur les enfants disparus. Dans le foyer où ils habitaient, Joe rencontre leur institutrice Lori Noonan. Les enfants rescapés comprennent qu’on prend au sérieux leur histoire et acceptent d’amener Joe sur les lieux dans leur barque. La créature récidive et Joe plonge à sa poursuite. Le combat est furieux. Le monstre amphibie blesse Joe mais lâche sa prise. Au pays des sorcières le prêtre avoue qu’il a créé un golem pour défendre ses villageois. A New York Lori a soigné Joe qui part retrouver Church. Qui est cette créature et que cherche-t-elle vraiment ?

L’histoire est accrocheuse, bien balancée et mise en dessin de façon parfaite. On est dans un film noir et fantastique tel qu’on pouvait les voir dans les années cinquante. La Créature du lac noir par exemple. Forces du mal ou perdues dans un monde inconnu, origines du héros, pouvoir de Church, responsables du drame, autant d’interrogations et de questions que pose ce premier tome d’une série tout à fait indépendante de Hellboy. L’univers est superbement steampunk, rétro à souhait. Joe porte un chapeau mou à la Bogart et la belle Lori vient semer le trouble. Les eaux de New York recèlent bien des mystères mais ses habitants aussi. On le voit dans le second épisode de l’album. Place aux noyés devenus des zombies. Du grand Mignola.

Joe Golem, Détective de l’occulte, Tome 1, Delcourt Comics, 15,95 €

Détective de l'occulte