Ceux du Chambon, un village de Justes

C’est faire acte de mémoire que de rappeler ce qui s’est passé pendant les années noires de l’Occupation allemande de 1940 à 1944. La famille Weil était française mais de confession juive et pour le régime de Vichy c’était un crime impardonnable à l’image de ses maîtres nazis. Pour survivre après une cavale sans fin, les enfants Weil ont rejoint Ceux du Chambon, une communauté villageoise protestante qui cachaient ces enfants juifs promis à la déportation et à la mort. Matz avec Étienne Weil en a fait une BD où tout est vrai qu’il a scénarisée. On connait son talent d’écriture, sa rigueur et sa capacité à faire vivre ses sujets. Au dessin assez académique il y a Kanellos Cob et Kathrine Avraam aux couleurs. Pour qu’on se souvienne et qu’on honore la mémoire héroïque de Ceux du Chambon.

Ceux du Chambon

1939 la guerre éclate mais malgré tout la famille Weil est heureuse. Étienne a 3 ans. Denise sa mère va le garder avec son frère au Lac des Settons alors que leur père repart pour Lille. Mais très vite la situation se détériore, l’hôtel sera occupé par les Allemands. Avec Marie qui travaille pour eux ils se retrouvent à Paris. A Lille Maurice part sur le routes de l’exode avec son directeur et il est licencié. Toute la famille se regroupe à Paris et déjà les lois anti-juives entrent en vigueur. Maurice repart à Lille puis se cache dans un train pour Paris. Pendant deux ans il va falloir faire attention, avoir de faux papiers, éviter les rafles de la police française. Les Weil n’existent plus, place aux Rousseau, le nom de Marie. Mais Denise entend parler pour les enfants de la colonie du Chambon-sur-Lignon qui cachent les Juifs.

Ceux du ChambonRien ne sera simple au Chambon car le risque d’une perquisition, d’une descente de la Gestapo existe malgré des complicités efficaces. Des 5000 enfants juifs seront sauvés et passeront par le Chambon qui sera faite Juste parmi les Nations de Yad Vashem, institut international pour la mémoire de la Shoah. Matz a repris en détails, par personnages, père, mère, frère Philippe et Étienne, son ami, les souvenirs de la famille Weil dont un album de photos clôture l’album. Il fallait peu de choses pour être pris dans le filet mortel de la Shoah. Le Chambon est une terre protestante à la tradition d’accueil. Son rôle a été capital malgré les risques pris, les arrestations, la déportation et la mort du Pasteur Trocmé, du médecin du Chambon Leforestier. Un récit à la fois passionnant et porteur d’une rare émotion.

Ceux du Chambon, 1939-1944, L’histoire vraie de deux frères sauvés par les Justes, Steinkis, 18 €

Ceux du Chambon

3.7/5 - (3 votes)