Histoire dessinée des Juifs d’Algérie, une leçon authentique

Il y a des hasards parfois étonnants. Quand est parue Histoire dessinée des Juifs d’Algérie, le sujet qui déjà en tant que tel me semblait intéressant, m’était d’autant plus proche que j’avais eu enfant dans le sud algérien des copains de classe de confession israélite sans vraiment en fait le savoir ni en tenir compte en quoique ce soit. Autre détail, cette histoire a été écrite par Benjamin Stora à qui on avait demandé en 2012 un éditorial pour le supplément spécial de Midi Libre sur les 50 ans de l’indépendance et le retour des pieds-noirs dont une forte proportion de Juifs, 130 000. Un spécialiste et non des moindres sur le sujet de la guerre d’Algérie, on le sait. Enfin, le nom de Nicolas Le Scanff m’est apparu comme le dessinateur, illustrateur de cet ouvrage qui couvre de l’Antiquité à nos jours le parcours des Juifs en Algérie. C’est lui, directeur artistique qui avait nous avait aidé, conduit, pour relooker le journal Midi Libre dans les années 90. C’est sa première BD, moi aussi avec Non-Retour cette année qui effleure le même sujet, ce qui au total fait pas mal de raisons, de hasards, d’évoquer cet ouvrage exhaustif, passionnant et qui remet les choses à leur place, donne un maximum d’informations avec une totale objectivité. Et aussi une leçon d’histoire. JL TRUC.

Histoire dessinée des Juifs d'Algérie

Un portrait qui date de 1879, dans les Aurès, à Khenchela. Un couple juif part pour Constantine et la jeune femme se nomme Bellara. En 2019, David à Sarcelles classe des photos de famille. En grignotant des makrouds. 1870, il y a eu en Algérie le décret Crémieux qui va donner aux Juifs d’Algérie la nationalité française. Un tournant mais qui ne sera pas appliqué, et pour cause, à la population musulmane. Ce projet va couper les Juifs de leur héritage hébraïque et arabe pour être assimilés par la République. David en 2019 va multiplier les sources pour comprendre comment Juifs et Arabes ont vécu ensemble sur quatorze siècles. C’est l’histoire non pas d’une saga familiale mais d’une civilisation. De l’Égypte vers la Libye actuelle, Carthage, des Juifs vont suivre les Phéniciens jusqu’au sud algérien, rejoignent des tribus berbères déjà judaïsées. Une autre théorie propose que la population juive est arrivée de Judée après la destruction du Temple. D’invasion, en occupation, colonisation on en arrivera à 1830 avec la France.

Histoire dessinée des Juifs d'Algérie

La saga est une page d’Histoire avec des influences des plus diverses. Les Aurès seront longtemps le berceau des Juifs d’Algérie mais la chute de Grenade en 1492 verra 300 000 Juifs séfarades rejoindre l’Algérie. La suite et la fin en 1962 avec l’indépendance c’est une aventure hors du commun, avec ses hauts, ses drames, ses confrontations avec Islam et Christianisme. Tout est dit, illustré dans cet album. La position de Vichy pendant la guerre et les lois anti-juives, le débarquement en Afrique du Nord, la guerre de 1954 à 1962. Et le départ précipité, dramatique, sans retour. A lire pour apprendre et comprendre, lutter contre l’antisémitisme chronique. Dessin très éclairé, précis de Nicolas Le Scanff.

Histoire dessinée des Juifs d’Algérie, De l’antiquité à nos jours, La Découverte, 22 €

Histoire dessinée des Juifs d'Algérie

5/5 - (7 votes)

Un commentaire

  1. jean Michel Leray

    Stora est un historien officiel?
    Signé: un pied noir de Constantine de confession protestante qui a une branche juive berbère.

Donnez votre avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*