Ce que font les gens normaux, une vie à bâtir ou subir

Les joies de l’entreprise, les angoisses au quotidien des collaborateurs, femmes, hommes, stagiaires, la course à la promotion, la peur de se faire virer, le rachat de la boite, le boss, les petits chefs, l’argent, c’est ça Ce que font les gens normaux. Que le cadre soit celui d’un cabinet d’avocats outre-Atlantique ne change rien au problème. La jeune Frances va faire son nid en bossant comme une dingue, avec la trouille au ventre. Suis-je la meilleure mon beau miroir ? Que va-t-on penser de moi ? Suis-je sur la bonne route ? Et puis après tout, on verra bien. Hartley Lin, auteur canadien, trace un portrait ni plus ni moins qu’authentique, celui d’une société complètement décalée, obsédée par la réussite, les marchés, les contrats, le tout reposant sur une philosophie de seconde zone distillée avec prétention par les gourous de la société. Frances est un cas typique. Elle fait partie du paysage économique et social d’aujourd’hui. Une vie à bâtir ou à subir ?

Ce que font les gens normauxElle est assistante juridique. Ce qui dans un cabinet d’avocats signifie taillable, et corvéable. Frances est jeune, ce qui est dangereux pour les « vieilles quadras ». Elle a de l’ambition, bosse bien et marque des points. Sa meilleure amie avec laquelle elle vit en collocation est actrice, fait la fête et cherche le rôle en or. Frances passe sous la responsabilité d’un certain Castonguay, un gros type baraqué, bizarre qui la met à l’épreuve. Frances a selon lui rapidement progressé. On a viré celle qu’elle remplace. Frances contrairement à sa copine Vickie, ne prend rien à la légère. Elle doit naviguer au plus fin avec son boss et ses collaborateurs proches car elle a un contact direct avec celui qui représente le pouvoir. Un dossier important ? Non, aller faire les courses de Casonguay. Le petit ami de Vicki est proche de Frances. Test d’aptitude, un nouveau bureau, Frances prend son envol mais dérange. On prend contact avec elle, on la jauge. Alliée ou ennemie ? Frances découvre aussi les pièges, les faux-semblants.

On sacrifie tout sur l’autel de l’entreprise et c’est aussi en cela que ce roman graphique est marquant car rien n’a échappé à Hartley Lin. Les pots de départ pour Noël, la réussite de Vickie dans un série, on suit deux destins en parallèle dont le bonheur est exclu. Pas le succès professionnel éphémère ou le salaire en hausse. Frances est soulée par la vie. Pas de gentils ni de méchants. Le doute, celui qui fait aller plus loin. Un bouquin qui pourrait faire un film, une série. Violent, sans pitié mais avec des êtres humains, c’est ça la vie nos enfants et ce n’est pas gai.

Ce que font les gens normaux, Dargaud, 18 €

Ce que font les gens normaux