Les Souliers Rouges, 1944 : résistance en Bretagne

A la veille du débarquement du 6 juin en Normandie, la Bretagne attend aussi la libération. Mais c’est un régiment SS qui arrive à Saint-Nicolas-du-Pélem. Les Souliers Rouges raconte l’histoire de Jules, jeune coureur des bois, de son ami Georges, le Russe blanc, et de la Résistance en Bretagne. Une chronique basée sur des faits réels par Gérard Cousseau et Cuvillier.

Les Souliers Rouges Jules chasse la grive, le merle ou l’écureuil, pêche la truite en ces temps de restriction même à la campagne. L’année 1944 sera celle du tournant, de la libération mais au prix de sacrifices et de souffrances. Un étrange visiteur arrive au village. Georges, qui porte des souliers rouges, est venu se reposer. Il devient le copain de Jules qui va lui apprendre à braconner quand une division de cosaques enrôlés par les Allemands débarque dans le village. Pas des drôles avec leurs chevaux. Ils sont en plus accompagnés par deux SS qui viennent lutter contre la Résistance locale. Les miliciens du coin vont se faire un plaisir de les aider. Un soldat allemand est tué dans les bois. Jules et Georges en sont témoins. Le drame peut commencer.

Un bon début de série ce premier tome qui rassemble des personnages sympathiques mais aussi haïssables en la personne du chef de la milice française. Jules est un gamin que la guerre rattrape. Il y aussi le soldat allemand brave type qui sera la première victime. Et l’histoire méconnue de la résistance bretonne. Le 5 juin 1944, dans la nuit, ce sont des parachutistes français qui ont été les premiers largués dans le cadre du débarquement près de Saint-Marcel dans le Morbihan. Ils ont rassemblés et armés les FFI locaux ce qui a permis de bloquer les renforts allemands à destination des plages de Normandie.

Le scénario de Gérard Cousseau marque un bon début dans la BD réaliste. Damien Cuvillier a travaillé en couleurs directes et cela donne une force supplémentaire à son dessin qui fait le poids pour appuyer une ambiance lourde dans un paysage estival. On pense un peu à Gibrat, ce qui est un compliment bien sûr.

Les Souliers Rouges, Tome 1, Georges, Grand Angle Bamboo, 13,90 €

Georges