Les Sanson et l’amateur de souffrances, méphistophélique

Un nom qui a traversé les siècles, les Sanson étaient, de père en fils, exécuteurs des basses œuvres. On ne rigolait pas dans la famille, des efficaces rois de la roue, de la hache, de tous les menus plaisirs dictés par les cours de justice. Dans Les Sanson et l’amateur de souffrances, Patrick Mallet donne une version méphistophélique des débuts de la famille au XVIIe siècle. On va verser dans le sanglant, Sanson oblige mais largement teinté de fantastique violent. Le dessin de Boris Beuzelin colle au propos par son trait dans la lignée des comics anglais, des regards hallucinés, des couleurs sombres. On ne rigole pas chez les Sanson.

Les Sanson et l'amateur de souffrances Il raconte sa vie Charles Sanson et comment il va devenir bourreau mais surtout croiser la route du mystérieux amateur de souffrances; C’est vrai que tout a commencé dans la douleur. Lors d’une course folle à cheval, il est tombé et celle qu’il aimé, Colombe, est morte dans la chute. Recueilli par un bucheron bourru et sa fille, Charles est soigné puis réintégré son régiment. Il découvre alors que l’homme est bourreau. Tombé amoureux de sa fille, il la rejoint quand son père est en déplacement pour ses œuvres fatales. Pris au piège pas le bourreau, il doit désormais prendre sa suite. Des débuts difficiles mais il prend le rythme, Charles. Il a un fils et son beau-père lui demande d’aller livrer un paquet à Rouen dans une église. Curieux, il accepte mais ouvre la boite. C’est la tête d’un supplicié que vient chercher un homme bizarre qui l’hypnotise. Accompagné de Charles, il va remettre son macabre paquet à la veuve du condamné. A la vue de sa terreur, l’homme rajeunit à vue d’œil.

On comprend bien que entre Charles et l’amateur de souffrances, c’est à la vie, à la mort. Mais il quand même des états d’âme, Sanson. Il s’aperçoit aussi que son beau-père et sa femme le manipule depuis le début. Tout était écrit. Mais qui est cet homme ? Le diable ? Pire encore. Dans la foule à chaque exécution, il fixe Sanson. On est au tome 1 et, bien sûr, il se passe plein de choses qui vont amener à une suite malgré les efforts de Charles pour se défaire de l’homme maudit. Prenant, bien ficelé, assez classique mais costaud, un brin gore.

Les Sanson et l’Amateur de souffrances, Tome 1, Vents d’Ouest, 17,50 €

Les Sanson et l'amateur de souffrances