Les Schtroumpfs et le vol des cigognes aux œufs d’or

Les Schtroumpfs vont passer l’été sous le signe des cigognes, leurs vieilles copines qui, depuis le début de leurs aventures sous le crayon de Peyo, leurs servent de transporteur aérien. Mais cette fois ce sont elle qui ont des soucis et elles pourraient bien passer à la casserole. Enfin au moins leurs œufs. Un album, le 38, qui a été signé par Alain Jost et Thierry Culliford, au dessin par Miguel Díaz Vizoso qui se coule à 100 % dans le moule, aux couleurs par Nine Culliford. Comme quoi la saga des petits hommes bleus reste une affaire de famille pour au total un album parfait pour les plus jeunes ce qui semble tout à fait voulu quand on constate la simplicité scénaristique.

Les Schtroumpfs et le vol des cigognes

Pour l’anniversaire à chiffre rond de Homnibus le Grand Schtroumpf a décidé de lui faire une fête surprise. Mais pour aller le voir et lui apporte son cadeau il faut un moyen de transport. Ce sont les cigognes qui vont s’y coller. Depuis que les Schtroumpfs en ont sauvé une il y a longtemps elles sont devenus leurs amies et ne les prennent plus pour des grenouilles. Gâteau, cadeau mais il faut revenir au village et les cigognes se font attendre. Sauf une qui arrive tremblante et abattue. Elle montre au Grand Schtroumpf comment ses sœurs ont été semble-t-il capturées. Mais par qui et pourquoi ?

Les Schtroumpfs et le vol des cigognes

Un méchant qui a un lien familial avec un autre scélérat bien connu des lecteurs, les cigognes sont devenues le moyen de mettre au point un élixir. Leurs oeufs valent cher. Mais, bien sûr, les Schtroumpfs veillent au grain. Quelques bons moments mais pas vraiment de surprises sur fond de nature libre et défendue à juste titre par les Schtroumpfs. Distrayant et pour les plus jeunes.

Les Schtroumpfs, Tome 38, Les Schtroumpfs et le vol des cigognes, Le Lombard, 10,95 €

Les Schtroumpfs et le vol des cigognes