Les Robinsons du rail, un train fou signé Franquin

A l’époque on aurait pu penser que Franquin, Jidéhem et Delporte avaient eu des visions. Le train à grande vitesse était encore dans les cartons. Avec Les Robinsons du rail, un feuilleton radio sur la radio belge, puis publié en textes dans Spirou en 1964, on part à la découverte d’un bolide à propulsion nucléaire (pas vraiment aujourd’hui écologiquement correct) que ce brave Gaston transforme en train fou lancé sur les rails européens. Une catastrophe.

Les Robinsons du rail Franquin voulait écrire un récit ferroviaire. Jidéhem va s’occuper des détails techniques. Désormais les voix de Spirou, Fantasio et Gaston existent pour de bon. à la radio. Lors de l’inauguration, Gaston fait une grosse bêtise. Il fait démarrer le train et, en sortant, ferme la porte de la cabine du conducteur qui ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. A bord du train fou et sans pilote, Fantasio est en reportage. Il accompagne un ministre porté sur la Champagne. Il y a aussi un steward au bar et un chef de gare qui n’a pas inventé l’aiguillage. Le train marche avec une pile à l’uranium enrichi, une bombe roulante. Il ne tombera pas en plus en panne de carburant.

Mais heureusement que Spirou est au journal pour trouver une solution et qu’il y a l’ingénieur Molette pour essayer d’éviter un drame. Suspense garanti dans l’esprit des grands films catastrophe. Le train traverse l’Europe, Gaston en rajoute une couche, les dialogues sont savoureux et plein d’action. On redécouvre avec beaucoup de plaisir cette perle qui met dans la même aventure Spirou, Fantasio et Gaston. Ce qui n’était pas arrivé depuis les débuts de Gaston. L’album est à dos toilé, un bonheur.

Les Robinsons du rail, Dupuis, 28 €

Les Robinsons du rail