Brigade Verhoeven, bombes à gogo

L’album ne sera en rayon que le 10 janvier mais il était impossible de résister au plaisir d’annoncer les débuts du commandant Verhoeven en BD. Un petit retour en arrière s’impose. Le créateur de Verhoeven c’est Pierre Lemaître, le prix Goncourt 2013 avec Au revoir là-haut, une œuvre capitale d’une rare qualité d’écriture et d’intrigue adaptée en BD par De Metter puis sur grand écran par Dupontel. Mais Lemaitre c’est aussi, avant tout peut-être, l’un des plus brillants auteurs de polars français, le plus évocateur, un génie des mots. Le Goncourt a permis de découvrir pour ceux qui ne la connaissaient pas cette facette importante de son talent d’écrivain. Mais attention, la Brigade Verhoeven qui fait ses débuts avec l’adaptation du roman Rosy and John sous le titre Rosie ne fait pas dans la dentelle. C’est au moins pour les bouquins du noir très noir, donc à voir si le passage à la BD signée par Pascal Bertho et Yannick Corboz au dessin (L’Assassin qu’elle mérite) aura sur les lecteurs l’impact parfois sauvage et sans concession que Lemaitre a mis dans les aventures du commandant Verhoeven.

Brigade VerhoevenAu Quai des Orfèvres on embauche dans la brigade du commandant Camille Verhoeven qui est certes un flic brillant mais hypotrophique, à savoir petit, 1,45 m. Et en plus il dessine en discutant. Le lieutenant Maleval est accepté avec l’accord des anciens, Louis qui a fait l’ENA et s’en fout, plus Armand, radin pique-assiette au look parfois de clochard. Un quatuor de choc qui va se retrouver avec sur le dos une affaire de poseur de bombes complètement déjanté. Le présumé coupable est arrêté. John Garnier a planqué six bombes dans Paris. Et si on ne libère pas sa mère qui est en prison pour avoir volontairement écrasé la fiancée de son rejeton, c’est le grand boum. Une famille d’enfer les Garnier mais il ne plaisante pas le John-Jean. Et Verhoeven en est persuadé malgré une hiérarchie qui commence à avoir la trouille que Paris devienne Beyrouth. Va falloir enquêter en finesse, avec doigté, en douceur, faire dans la psychologie appliquée. La Rosie Garnier, la maman du John, non plus elle ne fait pas dans l’ordinaire. Et où elle est la faille, minuscule, le fil qui va falloir dérouler à la pince à épiler ? Sans compter sur les effets collatéraux que l’affaire va provoquer à son niveau Verhoeven, lui rappeler une enfance sous emprise maternelle.

C’est un pur bonheur Lemaitre. Et avoir fait le choix d’adapter le cycle Verhoeven en BD une idée de génie. A la deuxième lecture de l’album (il faut ce qu’il faut), après avoir été un peu surpris on plonge vraiment dans l’univers de Lemaitre que le lecteur des romans ne peut qu’imaginer beaucoup plus glaçant, angoissant car il les a lu. A voir pour la suite et la mise en images de Travail soigné sous le titre Irène, Alex et Sacrifices sous le titre Anne. C’est du super solide parfaitement bien travaillé aussi bien pour les dialogues que pour le dessin. Le visage donné à Verhoeven va séduire, humain, intelligent et affectueux. Un bel évènement pour ce début d’année 2018.

Brigade Verhoeven, Rosie, Rue de Sèvres, 16 €

Rosie