Verte, tu seras sorcière ma fille

Une petite fille  qui aimerait bien mener une vie normale, avec des copines, des copains, sauf que quand on est l’héritière d’une grande lignée de sorcières ce n’est pas simple. Quand en prime, on vous a affublé du délicieux prénom de Verte, il ne reste plus qu’à tirer l’échelle et tenter de trouver des solutions honorables pour tenter de vivre comme les autres enfants. Verte trouve sa mère très fatigante. Une BD jeunesse qui a un vrai charme, normal pour des sorcières. Ce que ne sont pas, si ce n’est pour leurs jolis dons respectifs de scénariste et de dessinatrice, Marie Desplechin et Magali Le Huche.

VerteVerte boude. Sa mère Ursule veut en faire une sorcière encore plus douée qu’elle ou sa grand-mère Anastabotte. Mais Verte n’a pas envie, un peu amoureuse de son copain Soufi. Ursule l’envoie passer une journée par semaine chez Anastabotte avec l’espoir qu’elle change d’idée. Mais Verte a bien compris que sa mère ne va pas aussi facilement laisser tomber son projet de sorcellerie. Sa grand-mère lui explique qu’elle doit apprendre avant tout à se servir de ses pouvoirs mais qu’elle n’est pas obligée de les utiliser. Elle lui montre son laboratoire secret et comment faire un rêve téléguidé. Verte va se révéler une élève très douée et Ursule va pouvoir le constater.

Un conte très sympa avec une gentille héroïne qui a du caractère. Verte va aussi retrouver son papa dans ce premier tome adapté des romans de Marie Desplechin. Il y a une large part poétique dans ces aventures de cette famille de sorcières qui se transmettent leurs pouvoirs entre générations. Même chez les sorcières on divorce mais ce n’est pas à la portée de tous de pouvoir créer des feux d’artifice. On pourra aussi penser qu’en deuxième lecture Verte traite des origines que l’on accepte ou pas, passage de l’enfance à l’adolescence. Restons en au plaisir de la lecture et de la découverte en BD d’un petite fille atypique.

Verte, Rue de Sèvres, 14 €

Verte