Le Projet Bleiberg T3, un final en apothéose

On est enfin au cœur de l’intrigue dans ce tome 3 adapté du roman de Khara. Le Projet Bleiberg est une de ces hérésies criminelles dont les nazis étaient friands. Un chercheur, Bleiberg, a promis à Himmler, le diable de la SS, de créer un surhomme ou au moins des substances pour le devenir. Sauf que Bleiberg a disparu. Un jeune trader, Jay, fils d’un agent de la CIA abattu, est embarqué dans une affaire qui le dépasse mais dans laquelle il se sent impliqué. Avec lui un agent du Mossad israélien, Eytan, qui le protège mais a un secret et une jeune femme agent US, Jacky, dont il est amoureux. Le trio est tombé entre les mains de l’organisation, le Consortium, qui poursuit le projet Bleiberg. Le Tendre maîtrise l’adaptation avec brio, pas évident car le souvenir de la lecture du roman laissait un souvenir de texte parfois alambiqué. Côté dessin, Frédéric Peynet (Les Vestiges de l’aube) assure bien sur une mise en page efficace.

Le Projet BleibergFlashback en Pologne pendant la guerre avec la rafle des Juifs par les Allemands. La famille Morgenstein est déportée dans le ghetto de Varsovie. Roman et son grand frère se glissent dehors pour se ravitailler. Roman est tué, son frère en noyé en compagnie plus transféré au Stutthof pour être un des cobayes de Bleiberg. De nos jours, près de Bruxelles, Jay, Eytan et Jacky sont entre les mains des hommes d’Elena, une tueuse qui travaille pour le projet Bleiberg. Sauf que le médecin criminel n’est pas mort. Il est en fait bien vivant, n’a pas vieilli et poursuit ses recherches qui lui ont permis depuis la guerre de réaliser ses surhommes. Cette fois, il va tout dire à ses prisonniers et pourquoi il recherche le 302, un de ses patients qui s’est échappé pendant la guerre.

Pas un mot de plus parce que Le Projet Bleiberg c’est aussi un thriller à suspense, à rebondissements et à coups tordus. Dont un avec des menottes de 2003 bien préparé. Le décors sont bien angoissants. Comment vont s’en sortir le trio ? Y’aura-t-il des pertes ? Un happy-end ? Allez savoir. Reste que ces trois albums fonctionnent parfaitement. Un bon moment distrayant qui accroche.

Le Projet Bleiberg, Tome 3, Le patient 302, Dargaud, 14 €

Le patient 302