Le Guide du mauvais père T2, Guy Delisle persiste et signe avec bonheur

Guy Delisle est-il un mauvais père ? Il faut croire que oui. En publiant un second volume dans lequel il revendique fièrement une autorité qu’il croit sans partage sur ses enfants, Alice et Louis, Guy Delisle a du culot. Celui d’avouer tout haut ce que tout père normalement et moralement constitué doit subir de sa progéniture en donnant l’air d’avoir encore un minimum d’autorité.

Le Guide du mauvais pèreIl est un papa au foyer Guy Delisle. Alors il a noté ses propres expériences ou celles de copains. Cela ne s’invente pas une négociation de paix avec des enfants à coup de sushis, magnum au chocolat, jouer ensemble à la PS3. Ni de téléphoner un dimanche soir au père d’une copine de son fils pour avoir les devoirs oubliés à l’école. Un sacerdoce d’être papa. Et Guy Delisle est un vrai papa, un brin ironique, malmené, dépassé parfois.Quand il achète Murena à son fils c’est pour l’Histoire de Rome et pas pour les combats de gladiateurs et les passages coquins. Il se pose quand même la question à La Réunion de savoir comment il annoncerait à sa femme que son fils s’est fait croquer par un requin. Pragmatique Delisle et un album à l’avenant, en finesse, parfois brut, mais subtil car il faut lire entre les cases. Il a de l’humour, ses enfants aussi.

Ces balades au quotidien sont des moments de bonheur; drôles, bien vus. Les acteurs en herbe sont des partenaires de poids que leur papa aiment beaucoup.

Le Guide du Mauvais Père, Tome 2, Delcourt Shampooing, 9,95 €

Le Guide du mauvais père