L’Or du bout du monde, trésor inca

Un trésor, une bonne dose de cupidité, une malédiction, une ingénue Laureen, un héritage, des malfaisants, on mélange bien le tout et on a un drame avec tous les bons ingrédients, aventure exotique en prime sur les traces de l’or mythique des Incas. Jérôme Felix (Martin Bonheur) est au scénario et a été conseillé par Philippe Esnos un authentique aventurier disparu en 2020 mais qui a pu faire partager à l’auteur toute son expérience en matière de chasse au trésor. Xavier Delaporte d’un trait réaliste déjà mis en œuvre dans La Nuit de l’Empereur, assure par son soucis du détail précis, les expressions des personnages, les ambiances colorées de ce feuilleton à l’héroïne têtue. On est dans du classique mais bien cadré et sans faiblesses.

L'Or du bout du monde

1899 en Équateur deux hommes s’entretuent pour le trésor mirifique qu’ils viennent de trouver, celui de Atahualpa. Plus tard en Irlande Laureen est servante chez un comte qui l’envoie dans le lit de son fils. Mais elle tombe enceinte et le comte veut la faire avorter. Laureen refuse, accouche et dépose son bébé à l’orphelinat. Un employé de banque survient et lui annonce qu’elle a hérité d’un coffre à son nom. Elle y trouve un collier en or et un texte en espagnol qui fait mention d’un trésor. Traduit par le conservateur d’un musée, Burton, la lettre parle des Conquistadors, de Pizarro et de la rançon pharaonique versée par Atahualpa pour être libéré. Une partie a été cachée par un général inca. Mais la douce et imprudente Laureen n’a pas placé sa confiance dans la bonne personne.

Laureen

Bon, il y a une logique bien sûr dans cette course effrénée. Laureen s’accroche, s’embarque pour l’Amérique du Sud et de toute façon n’a rien à perdre. Une belle brochette de cas douteux vont croiser son chemin. Mais elle a de la ressource et s’accroche Laureen. Que va-t-il arriver ? On le saura dans les albums suivants tout en se doutant quand même, on l’espère pour elle, qu’elle y trouvera son bonheur. Le dessin est fort avec un petit effet photographique volontairement figé sur les visages style roman photo.

L’Or du bout du monde, Tome 1, Laureen, Grand Angle, 15,90 €

L'Or du bout du monde