Thorgal T38, la Selkie, des phoques pour une malédiction

Du Thorgal dans le texte, un retour aux sources pour un classique. Avec cet épisode qui mélange aventures en dur, un brin de fantasy mais qui puise ses racines dans un environnement traditionnel, Yann et Fred Vignaux au dessin sont dans le ton qui avait été perdu par d’autres. Certes, Yann sait y faire et Vignaux a complètement pris la mesure du défi et des personnages par voie de conséquence. On va dont retrouver la famille Thorgal en danger mais qui va faire bloc pour sauver Louve d’un avenir incertain et de curieuses dames à peau de phoque.

Thorgal

Quand elle reprend conscience, Louve est dans une cage, prisonnière. Face à elle une femme au curieux visage qui la regarde fixement. Elle lui tend une pièce en or que Thorgal lui a donnée il y a peu. Un énorme homard semble-il dressé s’approche d’elle accompagné par une jeune fille, Ava, et son frère Gilli. Ava est la fille de son père et de la Selkie, l’étrange femme que Louve a vu. Thorgal qui sait maintenant que Louve a été enlevée par un certain Grimur pécheur de phoques Foroyen, s’est embarqué avec Jolan pour la retrouver. Grimur destine Louve à son fils Gaut. En arrivant près d’un énorme falaise bordées de récifs, Thorgal découvre la gigantesque Kopakonan, statue d’une selkie, qui porte une malédiction redoutable.

Mission très possible mais violente pour Thorgal qui n’aime pas qu’on touche à sa progéniture. Grimur est un malfaisant qui a, et pour cause, la phobie des phoques. Tout est une question de peau et de vengeance un peu mystique avec coup de foudre. On se laisse prendre par le récit qui mène tout droit à un drame à plusieurs bandes. Avec déesse à la clé et légendes du Nord. Yann fait couler, si l’on peut dire, le récit dans un moule bien cadré. Et Vignaux enlève le tout.

Thorgal, Tome 38, La Selkie, Le Lombard, 12,45 €